L'ACTUALITÉ TAURINE
(Les dernières 48 H)
Pour toute l'actualité archivée d'Août
cliquer sur "Août"  ci-dessus (par dizaines)  -  (De même, pour tous les autres mois, à leur place - par dizaines de jours)
Les Chroniques de 
Patrick Beuglot
 
 
 

I     ICI, NOUS COMPRENONS, ET BIEN ENTENDU ACCEPTONS, QUE L'ON DISE: "LA CORRIDA, JE N'AIME PAS!"
                                                                        MAIS NOUS N'ACCEPTERONS JAMAIS QUE L'ON DISE: " LA CORRIDA, JE N'AIME PAS…DONC, IL FAUT LA SUPPRIMER! "

 
 
 

"UN QUITE"… AUX GANADEROS DE FRANCE !
                              Opération: "Soutien aux Toros de France"

     Probablement, on aimerait aider "tous" les ganaderos, d'Espagne et de Navarre! Mais il est évident que l'on doit aller au plus urgent, et "au plus près de nous", surtout lorsque les Autorités, (comme par exemple la Présidente d'Occitanie, qui refuse avec mépris toute aide aux ganaderos de Bravo) "laissent tomber" la Fiesta Brava.
     Depuis ce 2 Mai, un groupe d'Aficionados, totalement indépendants, a mis en place "une cagnotte", ce nouveau système dont on sait qu'il peut avoir des résultats étonnants… Une cagnotte pour venir au quite des ganaderos "de chez nous", dont on sait qu'ils sont, et vont être en énormes difficultés! 
     Alors, vous qui passez par chez moi, aujourd'hui ou depuis longtemps… en confiance lisez ces communiqués, voyez cette opération, et… n'hésitez pas! - Les ganaderos sont certes des "chefs d'entreprise", mais ce sont avant tout "des amoureux du Toro". Aussi, après les émotions Aficionadas qu'il nous ont souvent données, donnons-leur, à notre tour, un coup de main, "un coup de cœur"…
     Un simple mot! Un terrible image: "Il n'est pire chemin, pour des Toros de combat, que les noirs couloirs d'un abattoir ! - Alors… aidons-les à vivre !  Et ce, même si nous ne les voyons jamais plus combattre !"  -  Merci d'avance, à tous et chacun.
     Patrick BEUGLOT / TOROS2000

A voir/lire et… "agir" ! :
     Communiqué/Présentation du collectif "Soutien au Toros de France" - via "ElTico.org":

    
https://www.eltico.org/index.php?option=com_content&view=article&id=14413:soutien-aux-toros-de-france-13020520&catid=19&Itemid=238

     "SOUTIEN AUX TOROS DE FRANCE" - Bon de participation: ( Attention: On ouvre ce lien par clic droit + "ouvrir en nouvelle fenêtre").
     
https://www.paypal.com/pools/c/8oCKTYzVGE

     Nota: En soutien à cette opération, cette présentation restera "en tête d'actualité", jusqu'au 14 Juillet, date de sa conclusion.

 
 
 ACTUALITE...  2020   
 
 
     MADRID   - FERIA DE SAN ISIDRO...1970 (il y a 50 ans !!!)   -   Suite et fin !!!
          
(pour que les Jeunes "découvrent" et que les Anciens "retrouvent"... )
 
 

MARDI 26 MAI - 13ème: "LES TROIS ROSES !!"
    
Paquirri et "El par de Madrid"!!!

     27 Mai - On dit que parfois, les mozos de espada se contactaient, avant la corrida, pour savoir comment pensait s'habiller leur maestro, ce jour-là. Peut-être une légende! Peut-être des circonstances particulières… mais aujourd'hui, même si les portables sonnent dans tous les sens, cette supposé coutume qui n'existe plus!!! - En 1970 non plus, d'ailleurs, puisque ce 26 Mai, pour la 13ème de la San Isidro, les trois diestros sortirent au paseo vêtus... de rose.
     Surprise amusée du public qui remplit totalement Las Ventas: "Tiens! Ils sont tous les trois en rose", sourient les Aficionados! - "Mais comment on va savoir qui est qui?" se plaignent les "ceux" du dit-grand public… - Et en effet, les trois vont "de rose vêtus"!!! Une différence cependant: Diego Puerta et Paquirri vont "de oro", alors que Sebastian Palomo Linares reste fidèle à son "argent". Pour le reste: "De rosa van!" - Coïncidence et anecdote, puisqu'en effet, aucune similitude entre Diego Puerta, Palomo et Paquirri !!! A part… "l'envie", peut-être! "Las ganas!" sûrement!
     … Et il y en aura, des "ganas", durant  toute la tarde, puisqu'en effet, la corrida de Juan Pedro donnera du jeu, et les toreros feront assaut de volonté et de toreria. - Bien présenté, le lot "aguantera" de lourdes piques, mais offrira des possibilités.
     Vainqueur "aux points": Sebastian Palomo Linares, qui touche un grand toro, lui coupe deux oreilles, et sauve sa feria…. en partie, car il replonge, avec le mauvais cinquième. - Diego Puerta quant à lui, bénéficie de l'énorme crédit dont il jouit en cette plaza, et coupe également, mais sans convaincre totalement. - Et enfin (et surtout), malgré "le rose tendre" de son vestido, Paquirri a une actuacion de "super macho", coupant et donnant vuelta, mais surtout marquant la corrida par un quiebro, similaire à celui de Séville, face à un toro "quedado, tardo, midiendo",  qu'il va aguanter "sur trois mètres", clouant dans les cornes et sortant "guapamente". Une grande paire de banderilles, que le chroniqueur du "Ruedo" n'hésite pas rebaptiser "El par de Madrid", comme celui de Gaona, pour l'Histoire!
     Ce ne fut pas "une grande, grande" corrida, mais les Juan Pedro ont fait montre de caste et, chacun dans son style et registre, les toreros en ont fait de même. Du coup, au final: Quatre oreilles et deux vueltas!

     Mardi 26 Mai 1970 - MADRID (Las Ventas) - 13ème corrida de San Isidro - "No hay billetes" - Beau temps, avec du vent: Toros de Juan Pedro Domecq, bien présentés et qui, malgré de lourds tercios de piques, ont donné" du jeu, avec noblesse encastée, mais en divers degrés de résistance. Le lot ardu pour Paqurri, et un grand toro: Le 2ème, du nom de Andrajoso", brave et de belle classe, à la muleta. Toro "malo", manso et bruto, le 5èmr. "Si que hay quinto malo!!"
    
Poids de la corrida: 532, 551, 570, 530, 518 et 527 kgs.
     Diego Puerta (de rose et or): UNE OREILLE, protestée; et Vuelta - clôturait sa feria et, même s'il connut succès populaire, ne sembla pas au mieux de sa forme. - On lui reproche, en particulier, d'avoir fait lourdement châtier ses adversaires, d'autant qu'ils poussaient fort, tous deux; et puis, peut-être d'avoir toréé "ligerito", devant son premier, du nom de "Jareño", tirant certes de bons redondos, mais coupant les charges et "s'allègrant" avec des molinetes, kikirikis et autres adornos où il ne pesait jamais sur le toro. Faena de bel effet sur le public, malgré un désarmé en sa fin, et une lame qui tue sin puntilla, décisive pour l'octroi d'une oreille, en partie contestée durant la vuelta - Face au quatrième, très bien reçu, vibrant, au capote, par larga afarolada à genoux, suivi de bonnes véroniques et une mise en suerte "galleando chicuelinas". De nouveau très ovationné dans les chicuelinas du quite, "très" serrées. La faena, elle aussi "ligerita", sera conditionnée par la petite faiblesse et la charge courte du toro "Camarada", Puerta s'en sortant avec les adornos bien agencés et une demi-lame, scellée d'un descabello. Il y a pétition, refusée, et le public sort le diestro du burladero, au point de l'autoriser à donner vuelta.- Cependant, cette Feria 70 n'aura pas été la meilleure de "Diego Valor" à Las Ventas.   
     Sebastian Palomo Linares (de rose et argent): DEUX OREILLES; et Division "sifflée" - a pu, enfin, démontrer à Madrid, non "sa classe", mais ses façons de toréer "bien", notamment basées sur l'entrega, une ceinture des plus flexibles et… sa personnalité. - Touchant peut-être "le" toro de la feria, du nom de "Andrajoso", fort brave en deux longs puyazos, Palomo débuta par cinq muletazos, deux genoux en terre, en gagnant terrain entre chaque passe, mais en se faisant désarmer au sixième. Mélange d'opinions, à ce moment! Sorte de "Oui mais!!" aficionado. Rageur, le torero part à l'assaut, main droite, mais le toro plante ses cornes au sol (deux fois dans la faena). Se replaçant bien, Palomo alors, tire de longs muletazos, sur les deux mains, rematant en pechos et desplantes de plus en plus  radieux. Bonne faena, malgré deux désarmés, mais peut-être "en-dessous" de la classe du toro.  Mais là encore, la grosse entière, "saliendo rebotado", emporte le morceau, et Madrid obtient les deux trophées, tandis que le Juan Pedro Domecq est ovationné à l'arrastre. Vuelta souriante du Palomo! Enfin ! - Cependant, le cinquième allait lui gâcher la tarde, et même lui "voler" la Puerta grande: Un toro colorao du nom de "Supuesto", qui va sortir suelto, essayer de se quitter le palo, en trois entrées, et se défendre  en "puntéant" tout ce qui passe. Cette fois, Palomo "brega", à la dégoûtée, ce qui permit à se ennemis de se lâcher. Trasteo "d'efficacité", rapidement terminé en macheteo "de piton a piton", et une lame, bien peu glorieuse mais d'effet rapide - Total: Malgré les deux oreilles, Palomo n'a pas convaincu, et surtout "n'est pas rentré" à Madrid.
     Paquirri (de rose et or): UNE OREILLE; et Vuelta - fut de fait et malgré le lot le plus ardu, "le grand bonhomme" de la tarde, notamment aux banderilles, avec une paire al quiebro, "aguantando horrores", devant son premier, "Cochambroso", toro quedado, tardant à déclencher et chargeant "sur deux mètres"!!! Le toro avait fait mauvaise sortie, accrochant Paquirri sans mal à la troisième véronique, mais "se fixant" mieux à la pique, poussant fort, au point de "derribar", à la deuxième. Toro qui "perd les pattes" à la sortie des chicuelinas du quite, et va commencer à "se défendre". Paquirri prend les banderilles, pose une bonne première, en puissance, et cite la deuxième paire au quiebro, en bas du 8. Le toro avance au pas, s'arrête, fait deux nouveaux pas, sans que le torero ne daigne rompre et se donner sécurité. Exactement comme le quiebro de Séville! "Aguantant" une folie, le diestro de Barbate va laisser venir le toro, "à quatre mètres", posant un quiebro extraordinaire, sur la dernière "fusée" du morlaco. Un quiebro "sur deux mètres", précis, limpio, sortant "guapamente". Ovation furieuse, qui reprend après une troisième paire, plus habile. La faena sera courte, mais "de poder", Paquirri se doublant bien avec "Cochambroso", avant de tirer des séries courtes, mais de qualité. Et comme il porte un gros coup d'épée, le public, conquis depuis "le par de Madrid", réclame et obtient juste trophée - Le sixième, du nom de "Diligente", viendra bien à la larga à genoux et aux lances qui suivirent. A ce toro, le Barbateño s'illustrera encore aux palos, notamment avec un bon quiebro avec les courtes, et une quatrième pose "à trois palos", avec une banderilles tombée au sol. Le toro s'est décomposé, chargeant "bruto et sin fijeza". Une fois encore, le diestro va montrer grande fermeté, avant de conclure de pinchazo et gros volapié, le public l'invitant à bonne vuelta  - Cette fois, Paquirri a marqué la tarde Madrilène… et il lui en reste une autre.  

 Pour mercredi, la 14ème! Toros de Salvador Domecq, pour Andres Vazquez, Jose Fuentes et Julian Garcia.  - "Petit cartel" et peu de monde en vue, probablement !

 
ARCHIVES VIDEOS - San Isidro 1970

     A voir, en video, via la Videoteca GAN": El Viti et El Cordobes, le 20 Mai; et Palomo Linares, le 26- (Ensuite, Paqurri, bien plus tard):
     https://www.youtube.com/embed/QIWRSQZtiF4

 

MERCREDI 27 MAI: 14ème: JOSE FUENTES DUREMENT CONTESTE !!!

     28 Mai - "Picoooooooooo!!!!" - Des hauts gradins de Las Ventas; de la plus haute andanada, surtout "del 8", tombe et se répète le même cri, entremêlé d'interjections peu flatteuses. En bas, Jose Fuentes torée, avec sa muleta immense, en adéquation avec sa haute taille… Depuis quelque temps, Madrid l'a pris en grippe, et chacune de ses faenas est en grande partie repoussée, "refusée", au prétexte de l'utilisation de "ce truc" qui permet, du bout extérieur de la muleta, de "echar el tora fuera" en se donnant la sécurité, pendant qu'on compose la figure… - A un moment, n'en pouvant plus de tous ces quolibets, Fuentes arrêta la faena, face à son premier adversaire, revint à la barrière où, à l'aide d'un couteau, il trancha un bon "triangle" extérieur de la muleta, pensant ainsi faire taire les protestataires, puisque "pico il n'y avait plus!" - Revenant alors au toro, tandis que tous pensaient "cette fois, il va toréer de verdad!", Jose Fuentes se plaça et cita, muleta "en oblique"… même sans pico! Et la sérénade reprit, moins forte, moins "convaincue", mais tout aussi gênante…
     C'est probablement le seul fait marquant d'une corrida qui réunit "moins de media plaza" et dura… moins de deux heures. - Blessé, le Sévillan Manuel Rodriguez ne put venir confirmer alternative et, fort de son exploit solitaire du 3 mai, face aux Victorinos, et à sa bonne actuacion du 16 Mai, remplaçant Damaso, c'est Andres Vazquez qu'on appela "de substituto". - Le cartel, déjà modeste, n'y gagna guère, d'autant que la corrida du "Torero", Salvador Domecq, inégaux en tout, avaient eu des difficultés à passer. - Autre "attraction" de la corrida, outre "le pico de Fuentes", la deuxième sortie de Julian Garcia, aussi vaillant que vulgaire, qui se fit prendre, très vilainement, par ses deux toros. La bonne nouvelle du jour est qu'il s'en sorti "moulu mais indemne"!
     Rentré à l'hôtel, il compta ses bosses et ses bleus. Il y en avait "unos cuantos! Trente… y pico !!!"

     Mercredi 27 Mai 1970 - MADRID (Las Ventas) - 14ème corrida de San Isidro - Moins de 1/2 plaza - Chaleur: Cinq toros de Salvador Domecq "El Torero", et un sobrero du Jaral de la Mira, remplaçant un titulaire, rejeté par les vétérinaires. Corrida de présence et armures inégales. Protestés les deux premiers, terciados, tapandose con los pitones" le 2ème. Les deux derniers "mas toros"! Au plan comportement: 1,2 et 5ème furent très faibles.  Le sobrero, bravito mais "orientandose".
     Andres Vazquez (de blanc et or): Ovation; et Applaudissements - Ne fit pas grand-chose, mais le fit bien. Et surtout, il tua vite! - Son premier était faible (en plus de protesté par le public) et le Zamorano le lidia, muleta en main, pour le tenir debout et le faire respirer. Pinchazo, bonne entière, descabello et… en paz! - Le sobrero du Jaral de la Mira sorti quatrième, ne l'inspira guère. Muleta par en bas, "por la cara", Vazquez se méfia et se défendit du sentido allant crescendo, et tua "habile" et vite.
     Jose Fuentes (de bleu roi et or): Silence; et Applaudissements - eut un mal de chien à se faire "comprendre", les tendidos et surtout la andanada lui reprochant de toréer "avec le pico", lorsqu'il le faisait, mais également lorsqu'il ne le faisait pas. Du coup, "sur les nerfs", le Linarense revint au burladero, interrompant sa faena à deuxième de la tarde et, d'un coup de canif, coupa le bout de muleta qui faisait débat. Mais, comme, lorsqu'il revint au toro, il réédita son cite, muleta "de travers", captant l'extérieur, le public poursuivit sa division, et personne n'y gagna, après deux demi-lames et un descabello. - Le cinquième était faible, et Fuentes fut très propre, très "pro", en une faena droitière, sans espoir de succès. Demi estocade de côté, et "Amen"!
     Julian Garcia (de tabac et or): Ovation; et Division - n'est pas pris au sérieux! Le torero le sait qui, "dans son style", heurté et un peu vulgaire, fait un  maximum pour gagner bravos et reconnaissance. Trop parfois! Ainsi les huit passes à genoux qui ouvrirent sa première faena, le Valenciano "poursuivant le toro", en.. marchant à genoux! Que feo! Faena vaillante, avec menace perpétuelle de cogida. Et le toro le prend, sans trop de mal, heureusement. Pinchazo hondo et deux coups de verduguillo. Ouf! - Le sixième, sérieux, court de charge, montrait danger. Julian Garcia partit au canon et se fit prendre très durement, "à se faire couper en deux", au point que l'on crut à un gros pépin. Mais le diestro revint, "sin mirarse" et continua à se la jouer! Sous la division de ceux qui craignaient, et ceux qui "dédaignaient", une lame courte et un descabello. Re ouf!!!  

     Pour le 28 Mai, un lot de Alonso Moreno de la Cova, pour Andres Vazquez, Tinin et un Mexicain "en acier": Antonio Lomelin

 

JEUDI 28 MAI - 15ème: "EL MEJICANO… DE ACERO" !
     Antonio Lomelin cause une énorme surprise: Trois oreilles et "Puerta grande"!

     29 Mai - En chaque San Isidro, ou presque, une torero crée la surprise. Pour ne prendre que quelques exemples, regardez Curro Duran, en 83!, Regardez, bien sûr Cesar Rincon, en 1991! Regardez Victor Puerto, en 1996 ! Et tenez, l'an passé: Qui attendait la faena et la puerta grande de David de Miranda?
     - Pratiquement chaque année, un surprise! Et en 1970… il y en eut deux!:
     La première, on la vu, ce sont les huit oreilles "en deux corridas/quatre toros", du Cordobes, au moment où on le pensait en difficulté, comme les récentes ferias de Séville et Jerez l'avaient démontré. Une surprise donc… autour d'une "Figura" du moment! Mais justement, s'agissant d'une "Figura", on sait qu'à tout moment, le torero peut "surprendre"…
     La seconde surprise elle, est une vraie surprise, et pour tout le monde!!! Elle arrive du Mexique, et, contrairement à "l'autre", Manolo Martinez, elle se présente très humblement, sans surnom ronflant, "avec ses seules armes", face à … un corridon de Toros! - Ce torero, aussi brun qu'athlétique, s'appelle Antonio Lomelin. Ici, personne ne le connaît, ou presque! On sait qu'il est né à Acapulco, le 26 Décembre 1945, et qu'il a prit l'alternative à Irapuato, le 20 Novembre 67, en plaza d'Irapuato, dans le cadre de la traditionnelle corrida dite "de la Revolucion"… Y nada mas!!! 
    Nous sommes le 28 Mai 1970 et pour ce qui est de "révolution", Antonio Lomelin va en monter une, "historique", en plaza de Madrid, lors de sa confirmation d'alternative en Espagne: Inconnu, au paseo, Lomelin coupe trois oreilles à une grosse corrida d'Alonso Moreno de la Cova, et ouvre, a hombros, la Grande Porte de la Monumental Madrileña! Toma!
     Personne n'a bougé, dans les gradins! Tout le monde est éberlué, subjugué! - Pourtant, Lomelin n'est pas un torero "artiste"…mais son courage, sa "vérité" et son abattage sont tels qu'il se met tout le monde en poche, même les plus exigeants. Il n'y a en lui rien de génial, sinon un engagement total, dans les trois tiers, et une prise de risques maxima, surtout aux banderilles et à l'épée! Et comme la corrida est "très forte" et très armée, sa sincérité éclate à l'esprit de tous, au point que Madrid, comme un seul homme, un seul "Aficionado", se lève et réclame les trophées. - Pour Lomelin, il y a le "avant" et "après" 28 Mai 1970.  Et ce sera, au bilan final, la grande surprise de la Feria.  
     Autres points positifs de la corrida: Le lot de Alonso Moreno de la Cova!  De grand trapio et de bon jeu! - De même la sobre toreria "lidiadora" d'Andes Vasquez, qui donne deux vueltas, au prix de deux solides voltereta... Et un regret: le peu d'engagement véritable d'un Tinin, qui laisse passer un grand toro, et signe les première lettres du mot… oubli! Pourtant, en 1966, Tinin partait pour "Figura", lui aussi!!  Pero…
     De toute façon, ce jour-là, "un ouragan" balayait las Ventas, et rien n'aurait pu l'arrêter!  Il s'appelait Antonio Lomelin, et à l'heure de confirmer son alternative, personne ne le connaissait… ou presque! Un peu comme un autre Mexicain, le jour où il vint confirmer, à Madrid, en Juillet 44: Carlos Arruza !!!

     Jeudi 28 Mai 1970 - MADRID (Las Ventas) - 15ème corrida de San Isidro - Petit 3/4 de plaza - Grosse chaleur: Toros d'Alonso Moreno de la Cova, de grand trapio et "très pointus". Un corridon de toros! - Avec un comportement "de Toros", encastés, vifs et puissants, nobles mais sans laisser passer les fautes, spectaculaires à la pique, et surtout "con muchos pies", tout le temps. Ce qui donna "sérieux, transmission et émotion" à la tarde - Au final, vuelta d'honneur pour "Napolitano", le 6ème, non seulement pour son vibrato, mais également pour souligner "tout le lot". - Pour le cavalier, un Salvador Domecq, excellent.
     Poids de la corrida: 573, 587, 580, 586, 629 et 557 kgs.
     Antonio Lomelin confirme son alternative, devant le toro "Montillano" - N°17 - 573 Kgs d'Alonso Moreno de la Cova - Vêtu de bleu marine et or, le Mexicain lui coupe une oreille.
     En ouverture: David Ribeiro Telles (rejoneador Portugais): Ovation (Très bon, mais… no mato!)
     Andres Vazquez (de bleu de prusse et or): Vuelta; et Vuelta, avec division - Toréait là sa troisième corrida de la Feria, et en fait la seule où il était officiellement engagé. - Il reçut très bien "Pensamiento", son premier, tant dans les véroniques que le quite, supérieurement rematé, à la demie. La faena débuta par ayudados hauts, mais un hachazo le surprit, et les premières droitières sont moins "nettes". Par contre, à la naturelle, le zamorano fait rugir la plaza, qui hurle d'effroi en le voyant sèchement accroché, sur un pecho mal calculé. Dès lors, le toro va prendre sentido, et le dominio sera moins évident. Ce que voyant, Vazquez monte l'épée et porte une demi-lame, sortant à nouveau cogido. Deux descabellos et vuelta, "endolorie mais indemne!" - Devant le quatrième, du nom de "Cocinito", le diestro va débuter son trasteo par onze doblones, en un dur corps à corps lidiador. Ce toro "divisera le public", certains le voyant dangereux, d'autres le pensant "très encasté". Cependant, Andres Vazquez lui monta une faena "sobre", courte et presque insuffisante, avant de tuer d'une lame de côté et deux descabellos. Il y eut de protestations, lors de la vuelta, mais le diestro eut l'appui total de ses supporters du 8. - En 1970, le "Torero de Madrid" s'appelle Andres Vasquez.
     Tinin (de noir et or): Vuelta; et Silence - donna à son très bon premier adversaire, du nom de "Pistolero", une agréable faena, sur les deux mains, avec des passages plus légers, utilisant beaucoup "le pico de Fuentes". Là, Madrid ne dit rien et applaudit même sa vuelta après deux demi-lames et une entière sin puntilla - Le cinquième, du nom de "Caperuzo", se montra de même de grande qualité, après deux bonnes piques. Mais là, Tinin ne se confia jamais, se montrant extrêmement "conservateur", médiocre à droite comme sur main gauche. Pinchazo et estocade basse, scellée d'un descabello, confirment le peu de confiance d'un torero qu'on dit "sur la rerirada".
     Antonio Lomelin (de bleu marine et or): UNE OREILLE; et DEUX OREILLES - a fait exploser une Madrid qui le découvrait et a toujours tendance, à "pousser" et encourager les modestes. Là, il n'y en eut nul besoin, dans la mesure où, de par son audace, sa sincérité et son abattage, le Mexicain a tout renversé, des deux côtés des barrières. - Première émotion, en banderillant "Montillano", le toro de la confirmation: Deux cuarteos, "musclés", mais, à la troisième", un quiebro sensationnel, "millimétré", au fil des cornes. Plaza, debout! La muleta est ferme, vive, sans art mais sincère: Doblones vers le centre, séries de redondos, dont une rematée par cambio dans le dos; et deux séries de naturelles, finissant en désarmé. Peu importe, la foule, surprise, a vibré, et va exploser après un gros volapié, entrant fort mais se faisant désarmer! Là encore, le public "passe", et obtient un trophée, réclamé à grand cris - Le 6ème s'appelle "Napolitano", un toro impressionnant de charpente et de pitones, qui va se révéler excellent même si, après trois grosses piques et un abondant tercio de banderilles, il eût tendance à raccourcir sa charge très "vive". Un Toraco!!! Lomelin a monté un tercio de palos spectaculaire: Après un cuarteo "normal et en force", un poder a poder, passant en faux et clouant sur le retour. De même le quiebro troisième, après une première feinte "a cuerpo limpio". La liesse! Pour troisième, un nouveau poder a poder, "en puissance" et une quatrième, en double quiebro, où il ne pose qu'un palo. Ovation tonitruante, qui va se prolonger au début de la faena par une passe changée dans le dos, au centre, impavide. Une des premières fois que Las Ventas voyait cela, et… cela fit hurler, à la fois de peur et d'admiration. Ensuite, un trasteo vibrant mais sans classe, où le torero "aguante" mais ne domine rien*. Pourtant, Madrid est avec lui, transportée par autant de courage et de "verdad", se laissant aller complètement après un volapié monumental, en se jetant sur le toro. Deux oreilles et salida a hombros, tandis que le toro est acclamé en vuelta posthume. - Lomelin, l'authentique surprise de la San Isidro 1970.

*Ce qui vaudra à Lomelin d'innombrables cornadas, très graves, au long de sa carrière,

     Pour la 16ème, l'Aficion Madrilène attend "les toros Mexicains" de Mimiahuapam, pour Manolo Martinez, Angel Teruel et Jose Luis Parada.

 

VENDREDI 29 MAI - 16ème : "AYYYYYYYY! MEJICO LINDO !!"
     Annulation de la corrida de Mimiahuapam.

     30 Mai - En arrivant à la plaza, ce vendredi 29 Mai 1970, le public découvrit portes closes, et à chaque entrée, un "Aviso" indiquant que plusieurs de toros titulaires avaient été refusés par les vétérinaires; et les toros remplaçants… de même. Du coup: Annulation!!!
     Cela arrive… mais là, on frôla le scandale, parce que l'Aficion, et l'autorité, savaient que les toros Mexicains de Mimiahuapam, la "trouvaille" ganadera de l'Empresa, avaient du mal à s'adapter et, perdant du poids, malgré tous les soins apportés, aux Alburejos d'Alvaro Domecq, "ils ne passeraient pas"! Cela n'a pas loupé, mais c'était prévu et donc… prévisible! - L'empresa amena alors un lot remplaçant de Pio Tabernero de Vilvis, dont deux furent à leur tour remplacé par des Conde de la Maza. Peine perdue: Le lot fut "cisaillé" par les vétérinaires, au plan trapio…
    Côté toreros, Manolo Martinez, qui avait amené les toros, dut essuyer des gros commentaires (et encore, n'existaient pas les réseaux "sociaux") et Angel Teruel subit également "un sac de mauvaises remarques". Le tout, probablement mérité, pour eux et leur administration,  surtout après les triomphes de la veille, d'Antonio Lomelin et "le corridon" d'Alonso Moreno de la Cova. Venu en remplacement de Curro Vazquez, Jose Luis Parada, en troisième du cartel… n'eut rien à dire.
     Déception générale, donc, et des questions qui restent dans l'air Madrilène, flottant dans la pollution naissante!!!

     En attendant, on pensait déjà à la "concurso" du lendemain, avec Antoñete, Miguelin et Paquirri. Mais là également...

 

SAMEDI 30 MAI - 17ème: "FAUTE DE CASTING !"
    
Paquirri, seule satisfaction de la corrida concours… que no fue !"

     31 Mai - Organiser une corrida-concours, dans le cadre d'une grande Feria, d'un cycle "important" comme Madrid ou Séville, est il souhaitable et même "raisonnable"?
     - Bien entendu il y aura des partisans et défenseurs des deux options, "Si! o No!", mais probablement la seconde sera la plus votée, et ce pour une raison essentielle: "Dans une corrida-concours, le torero est avant tout "lidiador", et son objectif, sa mission, est de "lucir al toro", c'est-à-dire, mettre toute sa technique, son savoir, son intelligence lidiadora, à "faire briller" le toro, en le mettant dans les conditions "physiques et morales" lui permettant de se livrer à fond, et montrer ainsi ses qualités de bravoure, de noblesse encastée, de force et de durée… s'il les a!  Dans une corrida-concours, les hommes, tous les hommes, même les plus fameux artistes, sont… "au service" du Toro. - Or, dans une Feria de l'importance de San Isidro à Madrid, ou d'Avril à Séville entre autres, il y a trop... d'enjeux toreros.
     Engagé une ou plusieurs fois, un torero, vedette ou pas, vient en Feria de Madrid ou Séville, "pour triompher", parce qu'il sait qu'un gros succès aura un impact, primordial, sur toute sa temporada, peut-être sa carrière entière… Or, en concours, le premier tiers étant "prioritaire", sur le fond et la forme, le toro "se gasta mucho", et donc, à part exceptions, peut rapidement "baisser", à la muleta, interdisant tout succès à son torero. Aussi, les deux objectifs étant opposés, la corrida-concours sera forcement "faussée", et pour cette raison n'a pas sa place dans un de ces "grands rendez-vous" Toreros.  
     Par ailleurs, une corrida-concours doit être, en soi, "un événement", et à ce titre, justifie son organisation "en solo", hors de tout autre manifestation, ou "cadre", pouvant lui porter ombrage. A ce titre, l'ancienne corrida-concours de Jerez, en Septembre, au lendemain de la Goyesca de Ronda, "marquait la tradition": Samedi, Ronda; et Dimanche, la concurso de Jerez, dans le cadre de La Vendimia! Deux grands événements en un seul weekend. Precioso, et à plusieurs reprises... "historique"!
     Toutes ces données et ces "impressions premières" se sont amplement vérifiées lors de la San Isidro 1970, où la corrida-concours, 17ème du cycle, a été… un fracaso! - D'abord parce que les toros choisis n'ont rien donné, ni même "prêté"... Et ensuite, voire "surtout", parce que les toreros n'ont pas joué le jeu!  µ
     En premier lieu, engager dans une corrida concours de ganaderia, un torero "banderillero", est un blasphème car, quelle que soit son honnêteté et son désir de bien faire, un  diestro dont le deuxième tiers est spécialité va gérer le premier en fonction de ce qu'il pourra tirer du toro, banderilles en main. Et à Madrid, pour cette San Isidro 70 et son concours… on en a engagé deux: Miguelin et Paquirri! Même "inconsciemment" les toreros ont lidié "en pensant" aux banderilles… Pourtant, il y eut grande différence entre les deux: Même s'ils ne jouèrent pas le jeu de la "Concurso", l'un "a voulu", Paquirri, qui coupe au sixième le seul trophée de la corrida; et l'autre "non!", Miguelin, qui a laissé flotter tous les rubans, devant deux toros médiocres, en particulier le cinquième, du Duque de Pinohermoso, "manso total", condamné aux veuves…
     Antoñete, lui, eut quelques velléités de faire bien les choses, mais s'en alla vite "pabajo", au point de se faire méchamment malmener par le quatrième.
     En un mot comme en cent, cette "concurso" fut surtout "concours de broncas et de jets de coussins !" Un fracaso total…

     Samedi 30 Mai 1970 - MADRID (Las Ventas) - 17ème corrida de San Isidro / Corrida-concours - 3/4 de plaza - Grosse chaleur: Dans l'ordre sortiront: 1/Un Juan Pedro Domecq, manso au cheval, et noblon, mais qui s'arrêta rapidement; 2/Un Paco Galache, astifino, le seul brave à la pique, mais apagandose par la suite; 3/Toro d'Antonio Perez, "feo", terciado, "jeune", décasté et cojo, qui provoqua grande bronca; 4/Toro de Benitez Cubero, bien présenté mais manso et se mettant rapidement dangereusement tardo, à la défensive; 5/Duque de Pinohermoso, "muy manso" au cheval et condamné aux banderilles noires, les fuyant en tous sens. (la honte!); 6ème enfin/Toros de Baltasar Iban, cubeto, mal présenté, manson, qui s'est rapidement éteint, parandose, tout en gardant petite noblesse. - Au final, un fiasco ganadero, avec grosses broncas, en divers passages de la pauvre lidia. Coussins dans le ruedo, et plusieurs moments de presque émeute, aux cris de "Sinverguenzas"!  
     Poids des toros: 501, 490, 564, 550, 515 et 476 kgs.
     Antoñete (de vert pomme et or): Division; et Sifflets, sur le chemin de l'infirmerie - fut le seul à jouer "le concours", en mettant correctement ses toros en suerte, mais ceux-ci ne lui en furent nullement reconnaissants, manifestant mansedumbre au cheval. Par contre, mieux inspiré et plus engagé, il aurait pu tirer plus du colorado premier, de Juan Pedro Domecq. - Quant au Benitez Cubero quatrième, qui partit vilainement sept fois au cheval, pour finir très violent et tête en haut, Antoñete perdit un peu les papiers, au point de se faire accrocher, avec pour conséquence une lésion au genou. Le public, devenu "dur", le siffla tandis qu'on le portait vers l'infirmerie (rare!)
     Miguelin (de rouge et or): Bronca; et Sifflets - estoqua trois toros (il se chargea du 4ème), avec la même apathie, la même désinvolture, face à deux mansos, le 5ème, de Pinohermoso provoquant un énorme scandale. Miguelin en profita pour ne rien faire, volontairement, et tout le monde s'en rendit bien compte. N'avait rien à faire là!!!
     Paquirri (de pourpre et or): Division; et UNE OREILLE - aura signé une très bonne San Isidro, même si, ce jour, il n'aura pas forcément joué le jeu de la concurso. Par contre, le public aura primé d'un trophée sa grande bonne volonté et sa faena au sixième, pourtant parado, devant lequel Paquirri a démontré d'évidents progrès, à la muleta. Un Paquirri "con mucho sitio" et toréant "reposado", qui a fait quasi unanimité. Deux tiers de banderilles "musclés", avec un nouveau quiebro "hyper aguanté", et un gros volapié, au sixième - Grande actuacion, même si elle ne cadrait pas tout à fait avec une corrida-concours. Concours que, par ailleurs…il n'y eut pas, de par la pauvreté du ganado.

     Le Dimanche 31 Mai, la feria va se terminer sur une corrida de Pablo Romero, pour Damaso Gomez, Ricardo de Fabra et El Hencho.

 

DIMANCHE 31 MAI 1970 - 18ème: LA FERIA SE TERMINE… "DE MAS A MENOS" !

     1er Juin - Bien entendu, on attendait les Pablo Romero. On les attendait toujours, et on les attendrait encore, comme on les attend aujourd'hui, même si, malgré "similaire apparence", les Partido de Resina  ne sont pas les Pablo Romero d'hier…
     Malheureusement, on connaissait souvent le même scénario: Sortis "magnifiques", cardenos et de belles têtes, les Pablo Romero avouaient faiblesse, même si, parfois, il en sortait un "solide, très brave et très noble", comme par exemple le "Potrico", gracié à Barcelone par Andres Hernando, en Mai 68…  
     Cette fois, il y eut trois toros, les trois derniers, qui, superbement présentés, ont donné "una muestra", un catalogue de qualités et de défauts, que les diestros en lisse, soit par malchance ou manque d'expérience, n'ont su exploiter, ou juguler. - Appelé au dernier moment, remplaçant Paquiro blessé, Damaso Gomez n'a pas pu dominer le quatrième, un certain "Platerito", sorti comme un obus et gardant grande caste, après bravoure au cheval. Damaso Gomez "dansa", prenant mauvais coup au passage, et durant le tour du rond qu'il s'autorisa, répondit aux quolibets d'un public qui avait ovationné le toro, durant sa vuelta d'honneur. - A ses côtés, le Valenciano Ricardo de Fabra faillit bien se faire couper en deux par le cinquième, tandis que le Cordouan "El Hencho", "co-triomphateur" des Miuras de Séville, montra grande limites à la lidia, malgré toute sa vaillance, et tua "requete mal"!
     On les attendaient, les Pablo Romero de l'époque, comme on attend aujourd'hui les Victorinos, les Adolfos… Et bien souvent, comme aujourd'hui, "la cosa fue…de mas a menos"!  - La Feria, elle, se terminait là, avec ses bons et mauvais souvenirs, qu'un torero, un maestro, allait faire oublier, "en bloc", le jeudi suivant. Mais chhht!!!!

     Dimanche 31 Mai 1970 - MADRID (Las Ventas) - 18ème et dernière corrida de San Isidro - 2/3 de plaza - Grosse chaleur: Toros de Pablo Romero, super bien présentés, dont le 3ème, trop faible, fut remplécé par un sobrero de Villagodio, puissant mais manson. - Les Pablo Romero, "en trois et trois": Le premiers, d'aspect "jeunes et limités de forces; Et surtout les trois derniers, qui ont montré bravoure au cheval, mettant grande ambiance (18 rencontres, deux batacazos) - Mention spéciale au toro 4ème, "Platerito", brave et encasté, auquel fut donné vuelta d'honneur. - Pour le reste, spectaculaires à la sortie et au cheval, les Pablo Romero ont été "de mas a menos", au troisième tiers, en partie par la faute des diestros. - Pour le cavalier: Un toro d'antonio Perez, très bon et brave.
     Poids de la corrida: 543, 571, 590 (s), 588, 529 et 594 kgs.
     En ouverture: Conde San Remy (rejoneador): Silence - Très mauvais, faisant blesser ses montures.  
     Damaso Gomez (de violet et or): Silence; et Vuelta, protestée - remplaçait, en urgence, le Paquiro, blessé à Séville - Touchant un premier, "cara joven" mais "regordio" et surtout très soso, après avoir été "mal piqué et repiqué", le diestro de Chamberi se mit à l'unisson de la fadeur, après avoir bien banderillé, à la troisième, por dentro. Trasteo léger, facile, sans émotion, clos d'une demi-lame et un descabello - Le quatrième, du nom de "Platerito", fait une sortie magnifique ("Un Pablo Romero!!!"), et s'engouffre à fond dans la larga à geoux et quatre véroniques de Gomez, en apuros. Cependant, le vétéran sera très bien, à la lidia, remettant le toro en suerte avec grande précision et lidiant "para el Toro". La deuxième pique sera excellente, mais on gâchera un peu l'animal, à la troisième entrée. Aux banderilles, Damaso pose un "por dentro" troisième, très exposé, glissant à la sortie et passant gros susto. Début de faena par doblones vers le centre. Au premier cite droitier, le torero évite de justesse, mais à la passe suivante, le toro l'accroche. Pas de cornada, mais le diestro se plaint de la jambe droite. Douleur qui ne l'empêche pas de rester, pour un trasteo sans domination, face à un toro brave, qui "exige beaucoup". Le muletero s'en sort avec des passes "secondaires" et des adornos qui ne prouvent aucune domination. Tuant d'une entière tendenciosa, Damaso Gomez se croit autorisé à donner la vuelta, après que la présidence eût concédé à "Platerito" un tour d'honneur, posthume. Là, le public montra son désaccord, et le torero lui répliqua vertement. Ambiance! Puis il se retira à l'infirmerie, où Don Maximo Garcia de la Torre (père du Dr Garcia Padros, actuel) diagnostiqua une rupture musculaire à la jambe droite - pas grave).
     Ricardo de Fabra (de tabac et or): Silence; et Palmas - touche un premier toro qui sortit faible du premier puyazo. En début de faena, le toro vient bien, mais très vite il va se défendre, gardant tête en haut. Fabra "bataillera en vain", sans dominer, et tuera d'une lame rinconera, rapidement efficace. Indifférence - Le cinquième est un magnifique, sortant fort et démolissant la barrière du 7. Fabra veut le recevoir par larga à genoux, mais le vent lui joue un sale tour et ce que l'on pensait être une blessure se résume heureusement en un susto majuscule… dont se remet vite le Valenciano, qui aguante bien le gris "vendaval" en trois véroniques et une demie.  Le toro prend un gros premier puyazo mais faiblit dans les deux autres. Quedado, au deuxième tiers, "Petrolero" prendra du sentido à la muleta, acceptant la première passe, mais se défendant, sur place, et derrotant, dès la deuxième. Vaillant, Fabra tentera le diable, toujours à la limite de l'accident, mais ses efforts seront vains, d'autant que l'acier lui sera contraire (logiquement!): Deux pinchazos hondo et une demie, de côté, provoquant vomito - Sin pena ni gloria!
     El Hencho (de lilas et or): Division; et Silence - n'a pas de chance, et s'il en a, va la gâcher: Son premier est faible, au point d'être rentré, et remplacé par un sobrero du Marques de Villagodio, vieux et vilain, qui va faire du bruit, au cheval, désarçonnant à la première, et provoquant batacazo (de manso) à la deuxième. Hencho cite de très loin, pour deux premières séries provoquant émotion et bravos. Mais peu à peu, il va réduire, et finir par "étouffer" le toro, se mettant trop "dessus". La faena va "pabajo", malgré des rodillazos, et se termine mal par quatre vilaines "entrées/sorties" à matar et… six descabellos. Division dans les gradins - Face à "Pandero", toro fermant corrida et Feria, El Hencho ne pourra rectifier, ni attitude ni résultat. Le toro montre faiblesse, d'entrée et, malgré "soins" à la pique, arrivera "limité" et prenant du sentido, à la muleta. Le diestro Cordouan tentera de nouveaux cites, de très loin, mais devra rectifier et "se sortir", sans cesse. Faena "de mas a menos" et "à peine mieux" aux aciers: Lame contraire et quatre descabellos!  
     Et c'est donc "dans un silence de Cathédrale" que se termine une Feria de San Isidro 1970… où l'on a beaucoup crié, souvent de rage et déception, parfois de ravissement et d'enthousiasme!!

 
 
Et... pendant cette San Isidro "de jadis", la brève actualité... d'aujourd'hui :
 

LA "RIFA" DES TOREROS FRANÇAIS !!!
    
Bon lancement de la Tombola de l'AMTF, au profit des ganaderos de France.

     18 Mai - Cette semaine s'est ouverte l'Opération "Toreros al quite", tombola taurine caritative, mise en place par l'AMTF, l'Association des Matadors de Toros Français, dont le résultat sera reversé à "l'autre" cagnotte en cours: "Soutien aux toros de France", au profit des ganaderos "de bravo" Français, dont vous pouvez ici suivre la progression.
     Une très belle initiative, et une belle solidarité. En effet, au côté de plusieurs vedettes, ou de premier plan, comme Sebastian Castella ou Juan Leal, nombre des toreros ayant apporté leur participation, sont dans des situations probablement aussi délicates que les ganaderos qu'ils viennent aider. C'est tout à leur honneur, et l'on espère pour eux que… "les toros le leur rendront!"
     En attendant, cette opération semble avoir débuté fort, qui vend des billets de tombola à 2€, et offre un panel de lots, certes un peu trop "similaires" (beaucoup de capes et de muletas!) mais qui traduit à la fois l'urgence et la généreuse bonne volonté de tous les acteurs.
     A suivre donc, et surtout : A participer!  - Bravo! Merci pour eux et… suerte, Matadores!

Pour participer: Ici, la cagnotte Letchi "TOREROS AL QUITE", montée par l'AMTF (avec la liste des lots): (à ouvrir par clic droit+autre fenêtre)
     
https://www.leetchi.com/c/toreros-al-quite?fbclid=IwAR0b2QFPH_qjCrUvgNi0SAvaNiZgnBnAFITCLEUxNNdQycl-dMW8ug422TM

 
 
 
 

PACO CAMINO: "CLAIR ET NET… EN FIGURA !!!"

     28 Mai - En voilà un qui n'a jamais mâché ses mots, au prix de quelques inimitiés! Et qui n'a guère hésité à faire le coup de poing, lorsque nécessaire… au point de se faire de bonnes amitiés! On se souvient de la fameuse bagarre d'Aranjuez, en 1966, avec le Cordobes, ce dernier ayant mal pris un bon quite que le Camero avait fait à un de ses toros… Pas joli, joli, deux toreros qui s'empoignent, vêtus de lumières, en plein ruedo… Pourtant, quel autre souvenir que celui du Cordobes rejoignant Camino, quelque temps plus tard, dans sa prison de Lima, où il avait été embastillé pour avoir refuser de lidier un toro déjà toréé. Le Cordobes "débarquant" avec guitare, bouteilles de vin, mangeaille pour tous, prisonnier, gardiens… en une nuit de fiesta "à tout casser", suivie d'une partie de foot, le lendemain matin, taulards et matons mélangés. "Eso es la amistad !!" 
     Un Paco Camino qui aurait pu être "Plus, plus!" , s'il avait voulu! - L'incontestable N°1!! - Et il l'était, probablement, "en toréant"!!! Sa Bienfaisance 1970, que l'on verra ici, le prouve entièrement… - Pourtant, "la mandanga", cette sorte de "confortable léthargie", et les accidents de la via, en particulier la mort de son frère, en 1973, tué par un toro en plaza de Barcelone, sous ses yeux, ont fait que Paco Camino, d'une part "s'est conformé", s'est contenté d'être "un des premiers", reconnus de tous, mais laissant "le commandement" au Cordobes; et d'autre, a souvent eu des gestes et des mots de l'authentique "Figura del Toreo"… qu'il est !!! - Bien entendu, qui dit Camino dit "Monsieur Chicuelinas!", au capote! Qui dit Camino dit "Facilidad muleteril", mais également "Toreo de verdad", pecho et jambe en avant, notamment "à la naturelle"! Et qui dit Camino dit également, à une époque de sa carrière "Enorme, avec l'estoque"!!!
     C'est ce Camino-là que l'on retrouve ici, dans le troisième volet de "Heroes de leyenda", proposé par "Mundotoro". - Après Curro Romero (voir ici, 6 Mai), Julio Aparicio (14 Mai),  au tour de Paco Camino de parler du passé, du futur, et d'un présent qui l'incommode, en particulier à travers un nom, Pablo Iglesias, qu'il n'hésite pas à traiter de "Sinverguenza"… et avec grande raison!
     A lire! A voir, ce Paco Camino qui nous a donné tant de formidables moments, et tant de regrets, car… "s'il avait vraiment voulu, celui-là, "Apaga y vamonos!!"

3ème volet de "Heroes de leyenda": PACO CAMINO  - par "Mundotoro":
    
https://www.mundotoro.com/noticia/paco-camino-heroes-de-leyenda/1555170

 

LE N°9  DE "RAZA"  - de PABLO LOPEZ RIOBO !

"RAZA N°9 - (26 Mai 2020):
    
Au programme: Campo y Toreo. - La ganadeiria de Fermin Bohorquez; le toreo de Juan Mora; La presse, avec Salvador Ferrer:
         
https://www.dailymotion.com/embed/video/x7u4syt

Le site "VideoToros/blog":  http://pablolr89.com/

 

"LA DIVISA" - Le Numéro 473, du 29 Mai 2020.

     29 Mai - A votre disposition, en PDF, la revue "LA DIVISA" de PEDRO JAVIER CACERES":
    
http://www.ladivisa.es/file/download/11889

 

ACTUALITE DE FRANCE… ET D’UN AILLEURS TAURIN!

    30 Mai - Toros2000, chaque samedi, passe le relais à un site de réelle importance, pour ce qui est de « la Culture Taurine ». Allez donc voir, régulièrement, le calendrier de manifestations d’Aficion, loin ou tout près de chez vous, en visitant :
    
La semaine de www.toreria.net

 

"PAS QUE LES TOROS… QUI ONT DES CORNES !!!"  -  " Questions et réponse !!! - N°8 ":  

     Il s'appelle Domingo Delgado de la Camara, et il ne garde rien…"dans l'arrière-boutique"!
     Tout au long de l'année, nous retrouverons les commentaires et les anecdotes d'un Aficionado "de verdad", sur l'actualité d'aujourd'hui, et les souvenirs d'hier… Par ailleurs, la parfaite diction de ce "youtuber spécial" (parce qu'il sait de quoi il parle, lui!), licencié en droit, auteur de plusieurs ouvrages taurins très importants, chroniqueur, polémiste mais avant tout "Aficionado de toujours", est pour chacun d'entre nous une bonne leçon d'Espagnol, d'aujourd'hui et de toujours!
     Una gozada, y… "unas verdades" où l'on sent bien que "les cornus" ne sont pas toujours les toros…  

     Retrouvez aujourd'hui, dans "AL TORO… POR LOS CUERNOS"  -  Au programme: "Questions et réponses, sur les toros !!! - N°8  (via facebook):
          https://www.youtube.com/embed/Ki1ma7aEJCo

Biographie: Domingo Delgado de La Camara, dans "El Cossio":  http://www.elcossio.com/BiografiaDomingo.html

 

AREVALO: VALIENTE !!!

     1er Juin - Un grand Aficionado Dacquois m'écrivait hier: "Mon premier Pentecôte "at home", depuis 1969!!" - Cette sorte de "Tu te rends compte?" dit bien à quel point 2020 marquera nos esprits et pour certains, nos vies toutes entières. A Nîmes et Vic, les couloirs sont vides, et ils se demandent bien pourquoi? -La première fois depuis... bien plus que cela? - La Guerre? C'en est une, en effet!
     Comme on le voit tous les jours, la crise du Covid 19 va chambouler la vie, et ce, en tous lieux, et pour tous! On pense évidemment au quotidien de chacun, aux familles entières qui regardent avec angoisse les portes des entreprises. "Rouvriront elles? Va-t-on perdre ou pas son emploi?" Tout autant de questions qui creusent les cœurs et les trippes? - Horriblement dur à vivre!
    
     "Dans notre monde à nous!", totalement proche des autres, on sait "la ruine" qu'a provoqué le satané virus! Un virus qui s'est rapidement mêlé à la perfidie des hommes. Qui l'a… "alimentée"! - Volontairement écarté des aides générales d'Etat, le monde professionnel taurin a souffert, souffre, et va souffrir, des mois encore, d'incalculables pertes économiques, et ce à tous les niveaux!  - Stoppée net, "à la sortie d'Olivenza", la Temporada 2020 a vu s'écrouler "las ilusiones" de chacun, qu'il soit d'un côté ou de l'autre de la barrière…
     On sait la situation des ganaderos, premiers touchés par le désastre, et condamnés à mener des dizaines de toros à l'abattoir... On sait la situation des empresas, que les directives de l'Etat Espagnol, au nom de la précaution sanitaire et de la "distanciation sociale", par le biais du "Neuf mètres carrés par spectateur", condamnent à la banqueroute… Beaucoup ne s'en remettront pas, mettant clef sous "puerta grande", et sortant… par la petite! D'autres préféreront passer la temporada "en blanc", laissant pousser la mauvaise herbe dans leurs ruedos, quitte à tout bien nettoyer et repartir "à plein", l'an prochain!!!
     On devine, bien sûr, la situation des "Figuras", et l'on ne s'inquiète pas trop pour eux! - Mais les autres? Ceux qui ne toréent déjà… que peu!  Et les subalternes, dont certains, la majorité, n'ont pas touché un seul Euro depuis… Octobre dernier, si ce n'est plus ? - Et les gens du campo, qui regardent avec angoisse… le campo se vider? "Demain, si le patron décide de semer des garbanzos au lieu d'élever des braves, il n'aura plus besoin de mayorales ou de vaqueros!!"
     Un désastre, économique et avant tout "humain".
     Et puis, à l'heure du "déconfinement" Français, ou de la fin "de l'Etat d'alerte" Espagnol, au milieu des doutes et des incertitudes… chacun se pose la question: "Comment repartir ?".
     - Ici, on se rassemble! Là on écrit des lettres qui, l'une après l'autre, restent sans réponse! - Ici, le Ministre "de la culture", sorte de bouffon ventru à la solde de deux saletés dont l'une des gloires futures aura été l'abolition de la Tauromachie, promet son aide, "selon la Loi", mais en même temps, passe le relais des aides concrètes aux soins et à la charge des Autonomies, des Régions et des Municipalités! Là, c'est le Roi qui s'entretient avec le président de la Fundacion. "Pa qué?" si l'on sait le Monarque peu accroché par la Fiesta Brava? Certes il est le Roi "de tous les Espagnols", mais dans ce domaine, il aurait plus de poids... "s'il en était fervent supporter et admirateur"
     Alors… "à chacun de se débrouiller!" - Des initiatives et des propositions: Corridas "sans public", télévisées en direct… Le "Olé des cimetières!" - Dernièrement: les subalternes et leurs représentants syndicaux, proposant un 20% de moins sur leurs fiches de paie ! - De ci, de là, en Espagne et en France, l'annonce  de quelque festejo, ayant plutôt vocation de festival, ou de "clase practica"…- Les grandes empresas, elles, restent muettes, même s'il est probable que, de partout, les téléphones sonnent à tout va… - On attend! Les successives phases 1, 2 et 3, mises en place par le gouvernement Espagnol, permettront, peut-être, de réduire "le territoire perso des neuf mètres carrés", sur le tendido des plazas… Donc, attendons!!

     Et puis, depuis hier, un qui se lève et dit: "Moi, j'y vais! Et j'y vais bientôt, en corridas formelles, avec des figuras… et en respectant toutes le directives de sécurité.
     Arevalo est une grosse bourgade de la province d'Avila, en Castilla y Leon. Outre son château, elle compte plusieurs attraits pour le touriste de passage, et une plaza de toros. A sa tête, depuis fort longtemps, un modeste empresa, de près de soixante dix ans, Martin Perrino, qui dit "Moi j'y vais! Je me lance! Il y aura, cette année, corridas formelles en plaza d'Arevalo! Et un concours de recortes! Les dates sont déjà fixées: 17, 18, 19 Juillet! Je suis déjà bien avancé, et les "Figuras" en contact sont Ok sur "de gros efforts", à tous points de vue! Il y aura, comme toujours, des toros de Garcigrande, et ils seront payés "comme toujours", car le camp ganadero en a besoin avant tout! Et bien entendu, on respectera toutes les conditions et directives sanitaires, en espérant que… d'ici là, les conditions restrictives se seront "améliorées" et que l'on pourra mettre 50% de public dans les tendidos (autrement, le projet tombe à l'eau!). La plaza de Arevalo fait 4853 spectateurs, et l'empresa dit "passer", avec 2400. En plus, on prévoit de donner les spectacles "en nocturne" et à l'entrée: "Gel hydroaloolique pour tous!!"
     Et "Le vieil homme et les Toros" de passer ce message: "Les petites plazas et villes comme Arevalo, jouent leur avenir: S'il n'y a pas de Toros, cette année, il n'y en aura jamais plus! Je ne fais pas cela pour l'argent, mais, à près de soixante-dix ans, je ne voudrais pas voir la Fiesta s'effondrer. Ce n'est pas de la bravoure! C'est une necessité! Je ne prétends rien démontrer à personne, mais ils serait important d'ouvrir d'autres plazas, de donner d'autres festejos. Si moi je peux le faire avec 2400 personnes, pourquoi d'autres plazas, qui peuvent rassembler 7 à 8000 spectateurs, dans ces conditions, ne pourraient elles pas le faire? Si leurs empresas ne sont pas capables de le faire, qu'ils laissent la place à d'autres !!"

     Hombre, Don Martin… la dernière phrase sonne un peu à "Vantardise de Gascon!" - On se doit de saluer la vaillance, mais les conditions ne pourront jamais être les mêmes… Si vous êtes le premier - et Bravo de l'être! - les toreros vous feront "des conditions", mais ne feront peut-être pas les mêmes en plazas ou ferias plus importantes… Et puis, probablement aurez vous "la télé", laquelle "complètera amplement" le manque à gagner! (Cela dit, en un tout récent passé, combien d'arènes importantes ont-elles donné festejo, "au prix fort" des participants, pour une entrée de "media plaza, ou moins". Exemple: Bilbao?)
     En tout cas, voilà "un nouveau pas en avant !" et… un valiente! - A suivre donc son projet, en espérant, qu'ici ou ailleurs… il fasse de beaux petits!

A lire: "Toros en Arevalo, en Julio" - via "Noticiascyl.com":
    
https://www.youtube.com/watch?v=H5xa17t0N6s

 

LA FIESTA BRAVA, "A BOUTS" !

     2 Juin - Ou plutôt… "par petits bouts"!!! 
     Il ne s'agit pas ici, une fois encore, de reprendre la mélopée de tous, contant la lutte du "pot de terre", même historiquement, glorieusement séculaire, contre le "pot de fer", même éphémère, de la Politique… Qu'ils le veuillent ou non, le Señorito Pedro Sanchez sucrera les "fresones"; et le Pablito Iglesias radotera d'importance, bien assis sur son vieux matelas de millions Vénézuéliens... qu'au fond d'un village d'Andalousie, ou de Castille la vieille, deux enfants continueront à jouer "au toro", l'un d'entre eux, peut-être, étant "la Figura… d'après demain!"
     Il s'agit de "recoller", peut-être un à un, "par petits bouts", les morceaux d'un monde que les effets d'une pandémie mondiale ont brisés, ce dont profitent certains, par pure démagogie "y maldad", pour vouloir l'anéantir tout à fait. Qui plus est…"en se donnant le beau rôle!"… 
     On l'a souvent dit, écrit: "La mort ou la vie, en ce cas "la survie" de la Tauromachie et de la Fiesta Brava, ne dépendront de personne, sinon d'elle-même!" Déjà, la vie ou le déclin de la Tauromachie dépendaient "d'elle-même", hier… quand tout allait bien! Imaginez aujourd'hui, que tout "ne va plus"!  - Malheureusement, "le monde extérieur" a tellement d'orgueil, mais également d'autres préoccupations et priorités, tellement légitimes, que ses appuis sont proportionnels à l'intérêt qu'il lui porte, c'est-à-dire "très secondaire", pour ne pas dire "nul". Donc, seuls le mundillo professionnel taurin et le peuple du Toro, sauveront la Fiesta Brava! Et personne d'autre! Et chacun peut le faire, même à sa toute petite dimension… 
     Bien entendu, il y a "les Théoriciens", les grandes "Fédérations" qui, alors que certains acteurs de la Fiesta Brava "crèvent de faim", parlent "Etats généraux", pour 2021… Et puis il y a ceux qui, comme à Marseille, "voient le malade" et essaient d'apporter au plus tôt une aide, un remède: C'est par exemple l'opération "Soutien au Toros de France" - On est d'ailleurs étonné de voir cette cagnotte prospérer "à petits pas", et "à tout petits bouts".
     Bien entendu, il n'est pas question de pointer "Qui a donné? Et combien?". On se cantonnera simplement de dire que… "Tout ce monde "qui se dit Aficionado"… devrait automatiquement être au rendez-vous d'une telle opération, encore une fois, "avec les moyens de chacun!" Mais une chose est certaine: "On ne peut se vanter, ou "se gausser" d'aimer la corrida et les Toros, et passer outre ce petit geste… d'Aficion, justement!" 
     Or, force est de constater qu'il n'y a que peu de monde, au rendez-vous de cette action primordiale, dont on pointe ici les résultats, quotidiennement! - On s'étonne, en particulier, du peu de participation des "Entités Aficionadas", tels Clubs et Peñas, lesquelles, de par leur nombre et leur nombre d'adhérents, pourraient, "en tir groupé", venir faire un grand quite aux toros en danger… - Par contre, on soulignera l'opération menée par l'Association de Matadors Français, (dont le résultat viendra abonder "Soutien aux toros de France"); de même que la décision de la Peña "El Violin", de Samadet, et organisateurs du traditionnel Festival, le 25 Octobre prochain de reverser à l'opération la moitié d'un bénéfice traditionnellement destiné aux enfants malades de l'Hôpital de Mont de Marsan…"Todo un gesto de… Aficion!"
     En Espagne, au cœur même du drame, on a vu que plusieurs démarches, foncièrement généreuses, ont placé les acteurs du monde taurin, en première ligne de l'entraide… "à tout le monde!" - Il est fort à parier que l'opération "Echa un capote", a rapporté au banques alimentaires de quoi nourrir beaucoup de monde… y compris "des antis"!  - On a vu, hier, comment une petite plaza, Arevalo, et son "petit" empresa, Martin Perrino, ont décidé "du pas en avant", et du montage d'une mini-Feria, en mi Juillet!
     ... Mais hier encore, un autre événement: "Enrique Ponce annonce, officiellement, que, début Août, en corrida formelle, respectant toutes les mesures de "sécurité/restriction", il prendra, seul, en "Unico espada" quatre toros de sa propre ganaderia, en plaza de Navas de San Juan. - On le sait, le Valenciano de Chiva (qui n'a jamais renié son village), vit depuis ses premiers pas de torero, à Navas de San Juan (Jaen), où il a sa finca première, "Cetrina", qui est une véritable merveille… Pas étonnant, dès lors, qu'Enrique Ponce veuille marquer le départ "de la Reconquête", depuis son "chez lui", peut-être même... en y mettant le portefeuille! !
     Un Ponce très "en Figura"! qui a une position claire et assez radicale: "Il est important de ne pas laisser passer la Temporada "en blanc". Ne pas donner de toros en tout 2020 serait porter le coup de puntilla à la Fiesta Brava toute entière!" 
     C'est le point sur lequel se sont mis d'accord tous les maestros, réunis l'autre jour en la finca de Roca Rey. A priori, tout le monde est d'accord, en grande solidarité. - L'annonce de Ponce à Navas de San Juan est la première, mais - dit il - "On est tous en contact, et il se prépare des choses pour Septembre et Octobre! La Temporada est en marche!"  Bien entendu, à plusieurs conditions: D'abord, que les mesures de "déconfinement "ouvrent" un peu plus les tendidos des plazas de Toros. Deux: "Qu'il n'y ait pas de "rebote" de l'épidémie! Trois: Que la, ou les Télévisions soient toujours présentes, d'abord parce qu'elles atténueront quelque peu les pertes financières, inévitables; et surtout parce qu'elles "apporteront" la Fiesta Brava, partout !!!
     ...Et l'on a envie de dire: "Et quatre… que le public "aficionado" vienne et "mette l'épaule!", quel que soit le programme; quel que soit le cartel… Car ce qui nous attend, et dont nous serons, ou non, les artisans… est tout simplement: La survie de notre Fiesta.
     "La Temporada 2020 est… en marche!" A petits pas! Par petits bouts! - A chacun de nous de faire qu'elle reste "debout", et non "à bout"!

Enrique Ponce - par Patricia Navarro, dans "La Razon":
    
https://www.larazon.es/toros/20200601/bc4iyrxsvbauhjtw3q2bwuddgy.html

 

JOLI GESTE !!!

     3 Juin - On le sait, et on le sait bien: "Le Peuple du Toro", des deux côtés de la barrière, professionnel ou public Aficionado, - pour violent et sadique que veulent à tout prix les faire passer ceux qui, par les actes et les paroles, sont mille fois plus violents - s'est toujours fait remarquer, et cela fort pudiquement, dignement, par des gestes de très grande humanité… A chaque fois qu'une catastrophe s'est produite, qu'une maladie a fait rage, que des humains, de tout âge, de toute race, de toute "confession", ont vécu souffrance, le monde du Toro a été là! 
     Je peux en témoigner moi-même, très humblement mais fermement: Lorsque j'ai créé, fin 1991, l'action pour Albeiro Vargas, "Le petit ange de Colombie"- qui aidait, depuis l'âge de six ans, les abuelitos perdus de son quartier, là-bas à Bucaramanga, et ce avec le très amical parrainage de Cesar Rincon - le monde du toro, Français, "se volco". Récupérer l'équivalant de 70.000€ en quelques six semaines, n'était pas facile… Pourtant, "le Peuple du Toro" fut à la base de cette générosité, bientôt rejointe par celle "des braves gens" de la France entière… (Et ce, "dans la durée", puisque l'action a duré 25 ans, et qu'au final, ce sont 550.000 € qui parvinrent, intégralement, au jeune Colombien, lequel va faire quarante deux ans dans quelques jours, et mène en son pays, une action exemplaire en faveur des personnes âgées démunies, malades et abandonnées. Et ce, grâce à la France!). Ainsi, à cette occasion, deux mondes, deux "peuples" qu'on veut opposer, se réunissaient pour faire un peu de bien!  
     A l'occasion de cette épidémie du Covid, de magnifiques gestes sont venus confirmer ce que nous savions déjà: Le "Peuple du Toro", des deux côtés de la barrière, est profondément "humain", respectueux, et généreux! - On a vu des actions, "groupées" ou individuelles, de toreros, en faveur des malades, des soignants, et de tous ceux qui sont dans le besoin… On a vu des actions menées par des clubs, des Peñas Taurines, ou "par de simples Aficionados", qui ont apporté "graine d'humanité", un peu partout! - Curieusement, on n'a vu aucune action "solidaire", menée par des Associations "Anti"!!! (Curieusement, là, le señor "Heil, Hely!" est resté muet…)
     Et aujourd'hui, un autre geste, très joli, en provenance d'Allemagne! - Il vient de la Peña Taurine "Borussia", de Munich, qui, on le sait, est une fidèle des Sanfermines de Pamplona, un peu comme celle de "Los Suecos"… Cela fait près de soixante ans que des membres de la Peña Allemande se rendent à Pamplona et arborent leur pancarte, saluée de tous! - Cette année, "comme tous", elle ne viendra pas à Pamplona, la Feria 2020 ayant été annulée… On a d'ailleurs vu à que point cette définitive suspension allait causer de problèmes financiers à "la Casa de Misericordia", organisatrice des corridas, dont les bénéfices vont entièrement à la gestion d'établissements de retraite recevant près de 550 "Abuelitos" de Navarre…
     Et à ce constat, la Peña Taurine "Borussia" a décidé de faire don à "la Casa de Misericordia", de ce que chacun aurait dépensé pour son abono, habituellement situé en sobrepuerta de l'encierro: 583 € par personne. - Cette année, dix membres de la Peña étaient du voyage… et ce sont donc 5830€ qui parviendront aux Anciens, pour…"un petit plus de confort et de sécurité"!
     Certains diront…"ce n'est rien, ou si peu!"  Mais si chacun des abonnés à Pamplona en faisait autant… Et si chacun reversait à la Casa de Misericordia "ce qu'il se serait mis dans le gosier" pendant toute la Feria, les Abuelitos, à tout coup, seraient repartis pour une seconde jeunesse !!! A que Si!!!!
    Un joli geste, vraiment! Et une superbe Aficion! Enhorabuena, au Borussia Taurin!

A lire le reportage consacré - via "la Cope":
     
https://www.cope.es/actualidad/toros/noticias/una-pena-alemana-borussia-dona-que-habria-gastado-los-sanfermines-20200601_744670

 

"PARA LOS AMANTES DE SUSPIROS !!!"
    
Paco Camino, en l'historique corrida de Beneficencia 1970.

     4 Juin - On a un tel souvenir de cette tarde, encore cinquante ans après, que l'on cherche "le" titre! - On cherche! On relit des chroniques de l'époque! On fait appel "à son imagination émotionnelle"! On balance entre plusieurs solutions, toutes "évidentes"… Et au final, on trouve et l'on décide! "Ce sera celui-là!" Un peu comme lorsqu'il nous paraît évident, tout à coup, que "celle-là… sera la femme de sa vie!"
     Le titre vient de la chronique du fameux revistero Antonio Diaz Cañabate, dans "ABC": "Para los amantes de suspiros!" - Un titre "sensuel", qui traduit l'euphorie, douce, chaude, profonde, que ressentirent, en mêmes plusieurs moments, les vingt-trois mille personnes réunies ce jour-là  en plaza de Las Ventas de Madrid, et les centaines de milliers d'Aficionados, confirmés ou "d'un jour", rassemblés devant leurs écrans de télé, se frottant les yeux et le cœur, devant tant de grandeur torera!
     Nous étions le Jeudi 4 Juin 1970. Ils faisait "gris-beau" sur Madrid, et il n'y avait pas de vent, ou presque! Même le ciel avait décidé d'être Aficionado! - Ce jour-là est devenu "vraiment historique", comme une référence éternelle deux des piliers de la Fiesta Brava, au côté du toro: "L'intelligence lidiadora" et "El Arte Torero"!  - Et "ce jour-là" a marqué à jamais les mémoires, toutes les mémoires, tant des professionnels que des quidams, même fameux, amassés dans la plaza!
     On ne raconte pas une telle tarde! On ne va pas compter les muletazos, comme on le faisait, en ses débuts, pour Damaso Gonzalez. On ne les compte pas… "on les vit"! On vit, chacun d'entre eux, le "Olé" jaillissant du fond de la gorge, autant que des tripes! - Bien entendu, il y aura eu "des pasitos atras", si chers aux coupeurs de cheveux en quatre! Bien entendu, il y aura eu quelque "enganchon", que certains se plairont à pointer du doigt… mais pas beaucoup! !! Et tout cela ne peut résister devant "la toreria", pardon… "la maestria", authentique, basée sur une intelligence lidiadora que tous reconnaissons à Camino; un "empaque" impressionnant, que l'on gardera à jamais en images gravées; et… un courage sans limite! Car, aucun des sept toros lidiés ne fut vraiment "clair", et aucune des faenas ne fut "le Faenon inoubliable", mais sur chaque toro, Paco Camino a été "exact", et sa fermeté s'est accompagnée de "cette gracia torera" qui fait bondir le bon Aficionado, "parce qu'il sait"; et le grand public, "parce qu'il sent qu'il se passe quelques chose de pas commun"!!! Es eso!!! 
     ... Et il y eut "de ces moments-là", à chaque toro!! A la cape: Les chicuelinas, "royales", au toro d'Urquijo! Les véroniques, et surtout, "la demie", genou ployé; le farol, initiant un quite par gaoneras, les delantales, "toréés" de piton a rabo…  A la muleta, les ouvertures de faena, les trincherazos; le toreo fondamental, sur les deux mains, les pechos! Les cites à la naturelle, "inconfundibles!", et les remates…  et à l'épée, l'exemple du volapié, au toro d'Urquijo,  jusqu'au recibir, au sobrero de Domecq, trois fois répétés, parfaitement, donnant lieu à… "dos orejas, unanimes"
     Ce jour-là, pléthorique d'inspiration et de volonté torera; d'ambition, de "mental" comme de forme physique, Paco Camino lidia sept toros et coupa… huit oreilles! - On n'a jamais fait mieux, ni avant, ni après! Et ce n'est pas demain la veille… malheureusement!
     Les Anciens se souviennent, sachant que c'est là pure vérité. Les jeunes… "ne sauront jamais", car il ne croient pas les dires ou les écrits des "vieux croutons" comme nous…  Les lisent ils, seulement ? 
     - Peu importe! Ceux "qui y étaient", ou "qui l'ont vu, en direct", savent comment fut Paco Camino, ce jour là! - C'était le 4 Juin 1970, il y a… cinquante ans! Pourtant, dans nos mémoires… c'était hier!!  
     - Soupirs !!!!

     Jeudi 4 Juin 1970 - MADRID (Las Ventas) - Corrida de Bienfaisance - "No hay billetes - Tarde agréable, couverte mais sans vent: Six toros, qui au final seront sept, pour Paco Camino, en "Unico espada". Sortiront, dans l'ordre de la lidia: Un toro de Juan Pedro Domecq, un Carlos Urquijo, un Miura, un 4ème, de Pablo Romero, se mettant à boiter, après les piques et devant être "devuelto", remplacé par un sobrero de Juan Pedro Domecq; un toro 5ème de Joaquin Buendia; et un 6ème de Manuel Arranz… auxquels vint se joindre un sobrero 7ème, offert par le torero, de Felipe Bartolomé.
     Poids de la corrida, dans l'ordre de lidia: 521 (Juan Pedro Domecq), 502 (Carlos Urquijo), 529 (Miura), 575 (Pablo Romero devuelto), 543(sobrero de Juan Pedro), 486 (Joaquin Buendia) , 537 (Manuel Arranz), et 501 (Felipe Bartolomé de regalo).
     En "unico espada", PACO CAMINO (de rouge sang et or): Une oreille; Deux oreilles; Ovation; Deux oreilles; Applaudissements; Deux oreilles; et Une oreille - aura été "en Figuron del Toreo" de bout en bout, des premiers pas du paseo, aux vueltas finales, aux cris de "Torero! Torero! Torero!", en une plaza où personne n'avait quitté sa place, "communiant" à cette orgie d'émotions artistiques, ayant vraiment conscience d'avoir assisté à une page de l'Histoire de la Tauromachie toute entière.
     Son premier, le Juan Pedro, du nom de "Bocanegra", ne donnera aucune facilité. Camino le doublera magnifiquement par le bas, avant de se confier, main droite. A gauche, le Sévillan recevra un pitonazo, déchirant la taleguilla. Estoconapo "caidito", et une première oreille, tandis que le toro est sifflé! - Le deuxième, "Taleguito"', d'Uquijo, fera également des siennes, têtu, collé au cheval. Mais Camino l'embarquera vers un quite par chicuelinas "para los amantes de suspiros", mettant la plaza debout. Faena débutée par doblones, genou en terre, parfaitement agencée, sur deux mains, et rematée, "grandiose", par un énorme volapié. Deux oreilles, méritées - Devant le Miura 3ème, bien armé, du nom de "Anodino", le Camero "tira des lignes", car le toro "no servia". Pourtant, il y eut deux naturelles "fameuses", superbement liées au pecho. Le toro est sifflé, après que le diestro l'eut estoqué en deux voyages, efficaces.  - Le Pablo Romero "promettait": Il était beau, très beau, et avait fait grande sortie. Puis il se mit à boiter… et on le rentra! A sa place, un Juan Pedro, du nom de "Irlandero", permit à Camino une réception par véroniques, genou en terre, close d'une demie "para el recuerdo". Le quite a la gaonera débute par farol, et surprend l'assistance! Le début de faena est "de cine", un trincherazo, en particulier, faisant hurler à l'unisson, dans la plaza, devant les télés! Vaya muletazo! Un toro qui serre à gauche, mais se livre, à droite! Et puis, la conclusion: Deux pinchazos et une "casi entera", les trois au recibir, le public "oubliant tout" et obtenant les deux trophées, tandis que le Juan Pedro est ovationné, à l'arrastre - Paco Camino, on le sait, était "un Fan" de Buendia… Pourtant, le cinquième s'avéra "le quinto malo", faible et andarin, devant lequel, déçu, Camino alla vite et tua bas, "al encuentro" - Mais très vite, l'enthousiasme allait remonter, avec "Andulero", le sixième, très brave, de Manuel Arranz. Paco Camino, qui l'avait superbement reçu, à la véronique, rematait par rebolera et superbe larga. Plaza en furie! Faena essentiellement gauchère, en grande séries de naturelles, scellées par d'énormes pechos. Gradins euphoriques! Pour finir, de adornos "bien Sévillans", tels Kikirikis et firma, précédant, après pinchazo, une demi-lame, dans le haut, sin puntilla. Nouvelle vuelta, deux oreilles en main, aux cris de "Torero! Torero!".
     La corrida aurait du se terminer là. Mais Camino en avait décidé autrement: Il régala donc un septième, du nom de "Rabioso", de Felipe Bartolomé, peut-être pour permettre un desquite à l'encaste Santa Coloma, si décevant avec le Joaquin Buedia cinquième. - Toro très bien reçu au capote, bien mis en suerte, mais qui manquera un peu de fijeza. Il la retrouvera aux doblones de début de faena, un genou en terre, puis se livrera en une des faenas les plus "compactes" de la tarde. Toreo sur les deux mains, et adornos de remate. Au final, un pinchazo précédant bonne demie, al encuentro", fera manquer "les deux" à un Paco Camino "serein", comme tout au long de la tarde, qui, après avoir été saluer le Caudillo, dans sa loge, se laisse emporter en hombros, sous les vivas d'une foule qui n'a pas abandonné le tendido, consciente de ce qu'elle vient de voir: "Un tarde… para los amantes de suspiros!!"

Au grand souvenir: Paco Camino, en "unico espada" à la Bienfaisance 1970:
     A voir, en video:
     https://www.youtube.com/embed/ZEjHWMFxPR4  - (par "Taurino 91)
     https://www.youtube.com/embed/4ai0cMasszg  - (par Angel Alcalde)

     A lire, parmi les chroniques:
    
"El eco romantico de Paco Camino" - par Antonio Diaz Cañabate ("ABC") rapporté par "ToroAficion" (à ouvrir en "Clic droit" + Nouvelle fenêtre)
    
https://sites.google.com/site/toroaficion/cronicas-de-ayer/paco-camino-beneficencia-1970

A voir, en video-annexe: Un portrait de Paco Camino - Via "Tve":
    
https://www.rtve.es/m/alacarta/videos/documentales-color/toreros-paco-camino/2912634/

 
 
 
"SOUTIEN AUX TOROS DE FRANCE"  -  Montant de la Collecte au 4 Juin à 11h30:     19.210 €     -   Soyons généreux! On peut faire mieux!
 
 
 
 
 
 
 
UN GRAND SALUT ET ABRAZO...
     ... à tous ceux qui nous suivent et envoient des mails, souvent émouvants, Français Aficionados installés au Mexique, au Brésil, en Chine, en Afrique du Sud, en Russie, au Chili, ou ... à Colmar !!!  (Si d'autres nous suivent, depuis d'autres terres, merci de le signaler!)
     Un placer ! - Merci à vous, bonne route et bonne Aficion, même... là-bas !!!
     Fidèlement, depuis la France - Toros2000
 
 
 
 
 
 

GALERIES PHOTOS - Patrick Beuglot :  "SOUVENIRS, SOUVENIRS!"… DES FERIAS ET CORRIDAS DU SUD-OUEST .
     "Ces toros et ces hommes… ce jour-là!" 

 

     Avis: Ces longues séries de photos n'ont pas vocation, ni prétention, "à l'artistique", mais plutôt celles de reportages sur "Ce qui s'est passé ce jour-là, toro par toro". Ainsi, vous retrouverez des moments que vous avez vécus, ou découvrirez ceux que vous auriez pu vivre, avec "ces Toros et ces hommes.. ce jour-là !"

     Avertissement technique:  Pour ouvrir chaque galerie, faire clic droit sur le lien et "Ouvrir le lien dans une nouvelle fenêtre" - (On peut visionner "en global", au "Uno por Uno", choisir "la" photo qui intéresse, ouvrir en diaporama; bref, naviguer à volonté)
     Bonne route, en espérant que cela vous plaira ! - Merci

 
TEMPORADA 2019

LES CORRIDAS DE BAYONNE
     28 Juillet - Corrida de Rejoneo: Toros de Jalabert, pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Lea Vicens.  (Rappel:
à ouvrir par clic droit et "ouvrir dans une autre fenêtre")
     https://photos.app.goo.gl/JLD7HUjSh6PheaT66

     14 Août - Corrida Goyesca - Toros de Torrestrella, Pedraza de Yeltes et Puerto San Lorenzo, pour Daniel Luque "unico espada".
     https://photos.app.goo.gl/G27CCMz3k8Cku4Rc9

     30 Août - (semi-nocturne) - Toros de Luis Algarra, pour Sebastian Castella, Daniel Luque (remplaçant Roca Rey) et Pablo Aguado.
     https://photos.app.goo.gl/vCDnDqxPAm82FhJL8

     31 Août - Corrida - (semi-nocturne): "Six fers pour six diestros": Domingo Lopez Chaves, Sergio Flores, Migule Angel Pacheco (remplaçant Tomas Campos), Juan Ortega, Adrien Salenc et Dorian Canton.
     https://photos.app.goo.gl/EAvFMbwpNcetsQfVA

     1er Septembre - Corrida de clôture: Toros de La Quinta, pour Octavio Chacon, Roman et Joaquin Galdos. 
     https://photos.app.goo.gl/xyGJJXUuhveiVvWx5

à suivre...

 
TEMPORADA 2018

LES CORRIDAS DE BAYONNE
     29 Juillet - Rejoneo - Toros du Laget, pour Leonardo Hernandez, Joao Moura et Léa Vicens. (Rappel:
à ouvrir par clic droit et "ouvrir dans une autre fenêtre")
    
https://photos.app.goo.gl/azWsUZLoBk9LD4xi8

     15 Août - Corrida Goyesca - Toros de Bañuelos, pour Juan Bautista, Paco Ureña et Jose Garrido.
     https://photos.app.goo.gl/TtuwERS5DuEepn7a7

     31  Août (semi-nocturne) - Toros de Garcigrande, pour El Juli, Sebastian Castella et Gines Marin.
    
https://photos.app.goo.gl/TCZ8CzNNYWpZn1ox9

     1er Septembre - Finale des "sin picar" - Erales du Lartet, pour Pablo Paez et Yon Lamothe.
     https://photos.app.goo.gl/S2gsu9uQubENhyPh9

     1er Septembre - Corrida "à six": Toros de R.Margé, pour Thomas Joubert, Sergio Flores, Tomas Campos, Francisco Jose Espada, Joaquin Galdos et Pablo Aguado.
    
https://photos.app.goo.gl/S15zViVWJSWDCjz86

     2 Septembre - Toros de La Quinta, pour Juan Bautista, Daniel Luque et Roman.
     https://photos.app.goo.gl/dK4XfggDEeAkvP4f9
    
2 Septembre (annexe): La cogida de Roman.
     https://photos.app.goo.gl/WQZzehbJAb4TKsPP7

AUTRES CORRIDAS
    
17 Juin - AIRE SUR ADOUR - Corrida hommage a Ivan Fandiño.
    
https://photos.app.goo.gl/HZzvSZfJFY7L7Tga7

     22 Juillet - SAINT VINCENT DE TYROSSE - "Défi des légendes - Miura et Palha.
    
https://photos.app.goo.gl/jdTNAaNxLftzcXBT8

 

TEMPORADA 2017

LES CORRIDAS DE BAYONNE
     29 Juillet - Rejoneo - Toros de Rosa Rodrigues,  pour Pablo Hermoso de Mendoza, Joao Moura et Lea Vicens. (Rappel:
à ouvrir par clic droit et "ouvrir dans une autre fenêtre")
     https://photos.app.goo.gl/zzcBYb2AVAi3BUSt2

     30 Juillet - Toros de Robert Margé, pour Manuel Escribano, Daniel Luque et Thomas Joubert.
      https://photos.app.goo.gl/JhyjGnIVwD0J5VLJ3

     15 Août - Corrida Goyesca - Toros de D.Hernandez et Garcigrande, pour C.Diaz, E.Ponce et A. Lopez Simon:
    
https://goo.gl/photos/UeYN7fgaNd8so3hf8

     1er Septembre - Novillada (nocturne): Novillos de 3los Maños", pour A.Younes et A.Salenc, en mano a mano.
     https://goo.gl/photos/TDPe55wb2XwQbYzUA

     2 Septembre: Toros del Freixo (Juli), pour J. Bautista, P. Ureña et A.Roca Rey:
     https://goo.gl/photos/YisccLbjnTzPzTsx6

     3 Septembre: Toros de Bañuelos, pour A.Ferrera, S.Castella et Jose Garrido
     https://photos.app.goo.gl/JXBmlEgNfDWcl7hz1

 

TEMPORADA 2016

LES CORRIDAS DE BAYONNE
     31 Juillet - Toros de Montealto, pour Juan Bautista, Sebastian Castella et Thomas Dufau. - (Rappel:
à ouvrir par clic droit et "ouvrir dans une autre fenêtre")
     https://goo.gl/photos/mT1P4M2cWHiVvNC76

     15 Août - Corrida Goyesca: Toros de Domingo Hernandez, pour Miguel Angel Perera, Alberto Lopez Simon et Jose Garrido.
     https://photos.app.goo.gl/vaSZx2f2CbeXaX2n2

     3 Septembre: Toros de Pedres, pour Curro Diaz, Ivan Fandiño et Javier Jimenez. 
     (en reconstruction)

     4 Septembre: Toros d'Alcurrucen, pour Sebastian Castella, Daniel Luque et Jose Garrido.
     (en reconstruction)

DAX 2016:  Absent pour conflit avec les responsables.
MONT DE MARSAN - Feria de la Madeleine 2015:
Absent, pour raison de santé

 

TEMPORADA 2015

LES CORRIDAS DE BAYONNE
    
2 Août - Toros de Montalvo, pour Morenito de Aranda, Manuel Escribano et Ivan Fandiño. -  (Rappel: à ouvrir par clic droit et "ouvrir dans une autre fenêtre")
     (en reconstruction)
    
     15 Août - Goyesca - Toros de Antonio Bañuelos, pour Juan Bautista, Daniel Luque et Lopez Simon.
     https://goo.gl/photos/jEf2ueZBHPgDbsjh6
    
     5 Septembre: Toros de Pedres, pour Eugenio de Mora, Juan del Alamo, et Juan Leal.
     https://goo.gl/photos/ew3VtLzbnvnNfUox9

     6 Septembre: Toros de Garcigrande, pour Sebastian Castella, Ivan Fandiño et Joselito Adame.
     https://goo.gl/photos/LNFcjxTVvJw9goLdA


DAX - Feria 2015
     13 Août: Toros de Jandilla, pour Diego Urdiales, Joselito Adame et Juan Leal.
     https://goo.gl/photos/Sj5RZAr8sQZQPwxF9
    
     14 Août: Toros d'Antonio Bañuelos, pour Enrique Ponce, Ivan Fandiño et Daniel Luque.
     https://goo.gl/photos/aBoY2k8PWdRZM7Hv7
    
     15 Août (matin): Toros de Domingo Hernandez, pour El Juli, Jose Maria Manzanares et Pepe Moral.
     https://goo.gl/photos/UrXcuJLZ8fZNG7f97
    
     16 Août: Toros de Jose Escolar Gil, pour Rafaelillo, Manolo Escribano et Alberto Aguilar. 
     (en reconstruction)

DAX - Les corridas de "La Salsa 2015".
     12 Septembre: Toros de Cuadri, pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Alberto Lamelas.  
     (en reconstruction)

     13 Septembre: Toros de Montalvo, pour Juan Mora, Jose Maria Manzanares et Miguel Angel Perera.  
     (en reconstruction)


MONT DE MARSAN - Feria de la Madeleine 2015:
Absent, pour raison de santé

 

   TEMPORADA 2014
 

LES CORRIDAS DE BAYONNE 2014
    
9 Août - Toros de Pedres, pour Paco Ureña, Jimenez Fortes et Juan Leal. - (Rappel: à ouvrir par clic droit et "ouvrir dans une autre fenêtre")
    
https://goo.gl/photos/CCRigYHJkUdTFYir6

     10 Août - Toros de Montalvo, pour Ivan Fandiño, Daniel Luque et Joselito Adame.
    
https://goo.gl/photos/EPo7BQEi2pARkQAo6

     6 Septembre - Toros d'Adolfo Martin, pour Fernando Robleño, Manuel Escribano et Alberto Aguilar.
     https://goo.gl/photos/c14FR7Evit19D9887

     7 Septembre - Toros de Garcigrande, pour Juan Bautista, Sebastian Castella et Ivan Fandiño.
     https://goo.gl/photos/7UeQxUnTGbGz2KWM7


MONT DE MARSAN - Feria de La Madeleine 2014
     16 Juillet - 1ère: Toros de Zalduendo, pour Morante de la Puebla, Jose Maria Manzanares et Thomas Dufau.
    
https://goo.gl/photos/Dr8CSCe2mexAPEpW6

     17 Juillet - 2ème: Toros de La Quinta,  pour Antonio Ferrera, El Juli et Ivan Fandiño.
    
https://goo.gl/photos/hfrPyeSNzReLyoD39

     18 Juillet - 3ème: Toros de Fuente Ymbro et Joselito, pour Juan Jose Padilla, Ivan Fandiño et Joselito Adame.
    
https://goo.gl/photos/atem39mWT878C41m6

     19 Juillet - 4ème: Toros de Victorino Martin, pour Diego Urdiales, Manuel Escribano et Alberto Aguilar.
    
https://goo.gl/photos/SvT16kZvvyNNpuqs8

     20 Juillet - 5ème: Toros de Miura, pour Rafaelillo, Fernando Robleño et Javier Castaño
    
https://goo.gl/photos/evpEjBricqJUBVsT7


DAX - Feria 2014
     14 Août - 1ère: Toros de Montalvo, pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et Juan del Alamo.
    
https://goo.gl/photos/9QFHDs3z5L6sKimV7  

     15 Août/matin - 2ème: Toros de Garcigrande, pour Morante de la Puebla, Jose Maria Manzanares et Juan Leal.
     https://goo.gl/photos/3aeiSAHZ1GStjCnu6

     15 Août/soir -3ème: Toros de Torrestrella, pour Juan Jose Padilla, Daniel Luque et David Galvan.
    
https://goo.gl/photos/KhqnhydecAjG3o1q7

     16 Août - 4ème: Toros de Pedraza de Yeltes, pour Antonio Ferrera, Diego Urdiales et Javier Castaño.
    
https://goo.gl/photos/4CiSShvi8KjGiDdE7

     17 Août - 5ème: Toros de Jose Escolar Gil, pour Rafaelillo, Fernando Robleño et Thomas Dufau.
  
  https://goo.gl/photos/wtvF7n2AAPkZqaTw8
 


DAX - Les corridas de "La Salsa 2014".
     13 Septembre: Toros de Victoriano del Rio, pour El Juli, Sebastian Castella et Roman.
    
https://goo.gl/photos/W7D7bWLeWYuqjRM98

     14 Septembre: Toros de La Quinta, pour El Cid, Ivan Fandiño et Alberto Aguilar.
    
https://goo.gl/photos/ai8KbJH7tA4mNnUt8

 
 
 
A LA TELEVISION…   A LA TELEVISION…   A LA TELEVISION…
 

« SIGNES DU TORO »  - France 3, la Taurine

     Retrouvez les programmes, les émissions, les archives vidéo, les interviews, les chroniques, les anecdotes et humeurs de la planète « Toros », sur la page « Signes du toro » :
    
Actualité: 
         
http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/emissions/signes-du-toro    
 

LES ARCHIVES DE « TENDIDO SUD »

     Chaque semaine, regardez « Tendido Sud », programme taurin présenté par Christophe Chay, dorénavant sur "TV SUD":
    
A voir, le sommaire, sur: 
          http://www.mediasdusud.fr/emissions/tendido%20sud

     Les archives de "Tendido Sud" - Via "Youtube":
          https://www.youtube.com/results?search_query=Tendido+Sud

 
 
ARCHIVES MADRILENES...
 

LES REVUES "TAURODELTA" 2016

A Voir et revoir: Toute l'actualité de la plaza Monumental de Madrid, durant la temporada 2016. Des articles et des archives à découvrir, parcourir et approfondir - ici en PDF:
     N°80 - Novembre: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/80/revista_80.pdf
     N°79 - Octobre: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/79/revista_79.pdf
     N°78 - Septembre: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/78/revista_78.pdf
     N°77 - Août: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/77/revista_77.pdf
     N°76 - Juillet: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/76/revista_76.pdf
     N°75 - Juin: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/75/revista_75.pdf
     N°74 - Mai: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/74/revista_74.pdf
     N°73 - Avril: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/73/revista_73.pdf

Revue "Taurodelta" - 2016 et les années précédentes:
     http://www.las-ventas.com/revista.asp

 
 
ARCHIVES TAURINES
 
   UN "GROS" PEU D'HISTOIRE…

 

     L'hiver et là! Et avec lui, le temps de la réflexion; le temps d'apprendre, encore et toujours; le temps de vivre sa passion et la conforter, en revivant l'Histoire. Et à ce sujet, quelle que soit l'opinion que chacun puisse avoir d'André Viard, il convient de voir et revoir l'immense boulot qui est le sien, concrétisé par l'exposition et les documents audiovisuels qu'il a conçus et présentés, cette année, au fil de plusieurs grandes ferias, d'Espagne et de France. "Les Tauromachies Universelles": une authentique "Œuvre", tant sur le plan didactique qu'artistique, en défense du Toro et de la Fiesta Brava, non par l'insulte, le mépris, la menace et la violence, mais simplement, concrètement, par "l'Histoire", apportée à tous, grands et petits, Aficionados et néophytes, sur un monde "de lumière et d'honneur", que certains, ignares et faussement sensibles, veulent "éradiquer"…
     L'hiver est là! On a le temps! Certes on n'osera demander "aux antis" d'avoir patience et sagesse "d'apprendre un peu, et "connaitre… avant de parler!", car ce sont deux choses dont ils sont absolument, définitivement, incapables… Mais vous qui passez souvent ici, parce que vous êtes "Aficionados et bonnes gens", vous allez vous régaler.
     En tous cas, "Un gros coup de Sombrero" à André Viard, pour tout ce qu'il fait, en défense de la Fiesta, et notamment pour cette "Histoire de Tauromachies Universelles" 2016.

A découvrir, en vidéos:
     La présentation de l'exposition et ses objectifs - André Viard, par Carlos Millet:
     https://www.youtube.com/embed/1_Ax8ZH8Mp0 

     "TAUROMAQUIAS UNIVERSALES" - 1ère partie - par Pedro Octavio Villar:
     https://www.youtube.com/embed/rpAFAa4JBEA
     "TAUROMAQUIAS UNIVERSALES" - 2ème partie - par Pedro Octavio Villar:
     https://www.youtube.com/embed/xDOIlPqDL10
     "TAUROMAQUIAS UNIVERSALES" - 3ème partie - par Pedro Octavio Villar:
     https://www.youtube.com/embed/5Dyl-bJTTs4

 

     VIDEOS  -  « ABSOLUMENT GENIAL ! »  

     Pour l'Hiver 2011/2012...

     Vous êtes Aficionado ! Vous avez le temps! C’est l’hiver... ou l'été!!!  Il fait froid, il vente... ou il pleut ! Rien ne vaut le coin du feu… ou d'un parapluie!
     Profitez de ces instants, à votre rythme, pour regarder cette longue série de courts reportages (moins de cinq minutes, en général), intitulés « Jueves Taurinos », qui nous vient du Mexique, et qui, en une masse d’archives absolument géniale, nous rapporte « le Toreo de là-bas » et son histoire, mais également « la Fiesta Brava… de partout, au long des ans ».
     On trouvera ici des documents « uniques » sur les figures du Toreo, leur vie, leur personnalité toreras, les cornadas qui ont jalonné leur biographie. On trouvera des images totalement inconnues, sur les suertes du Toreo les plus rares, les plus risquées… avec leurs conséquences. Bref, on trouvera tout ce qui fait que « eux ont osé…que nous n’oserons jamais ». Et c’est pour cela « qu’ils sont tous Toreros », et que nous sommes… qu’aficionados ! Mais « de bons… aficionados ! »

     A ne manquer sous aucun prétexte, cette grande série (en 38 chapitres) du site taurin altoromexico.com, commentée par Heriberto Murieta, à l’écran de Toros2000 grâce à Churumbeldelavilla, via Youtube, et qui sera mise en ligne, ici, « dix par dix ! »
     Que lo pasen bien !!!


La présentation des « JUEVES TAURINOS » :
    
http://www.youtube.com/embed/0vMohwtkKdk 

« JUEVES TAURINOS – 1 »(4’54)
    
http://www.youtube.com/embed/uAbFNOOZkjs

« JUEVES TAURINOS – 2 » (4’11)
    
http://www.youtube.com/embed/K2pDypRLLXk

« JUEVES TAURINOS – 3 » (3’48)
    
http://www.youtube.com/embed/b9FdpCosNEw

« JUEVES TAURINOS – 4 » (4’56)
    
http://www.youtube.com/embed/CC3kkI862eA

« JUEVES TAURINOS – 5 » (3’59)
    
http://www.youtube.com/embed/u2fFxfpSvfM

« JUEVES TAURINOS – 6 » (3’36)
    
http://www.youtube.com/embed/wABU06nUleg

« JUEVES TAURINOS – 7 » (4’56)
    
http://www.youtube.com/embed/aqj8poiPZvk

« JUEVES TAURINOS – 8 » (4’25)
    
http://www.youtube.com/embed/TDKL2cmizAw

« JUEVES TAURINOS – 9 » (3’36)
    
http://www.youtube.com/embed/Um0LV7e3E28

« JUEVES TAURINOS – 10 » (5’30)
    
http://www.youtube.com/embed/4frvoa-m56M

« JUEVES TAURINOS – 11 » (4’51): Carlos Arruza et Alfredo Leal
    
http://www.youtube.com/embed/MsiB8JzlSCQ

« JUEVES TAURINOS – 12 » (4’18)
    
http://www.youtube.com/embed/gBAeNaswYqE

« JUEVES TAURINOS – 13 » (3’42)
    
http://www.youtube.com/embed/l44vitUocGc

« JUEVES TAURINOS – 14 » (3’12)
    
http://www.youtube.com/embed/kOL7LReO9O0

« JUEVES TAURINOS – 15 » (4’42)
    
http://www.youtube.com/embed/ji_ca8doBDw

« JUEVES TAURINOS – 16 » (4’01)
    
http://www.youtube.com/embed/LhgjGbdPD9s

« JUEVES TAURINOS – 17 » (4’07)
    
http://www.youtube.com/embed/mCP79EIPAeo

« JUEVES TAURINOS – 18 » (2’49)
    
http://www.youtube.com/embed/cq68Ipvojus

« JUEVES TAURINOS – 19 » (4’49)
     http://www.youtube.com/embed/jyrcEpSs_KM

« JUEVES TAURINOS – 20 » (5’36)
     http://www.youtube.com/embed/9oXxIVC7lec

« JUEVES TAURINOS – 21 » (4’11)
     http://www.youtube.com/embed/leoexbnrx9c

« JUEVES TAURINOS – 22 » (3’16)
     http://www.youtube.com/embed/v8ZMEKNmXXI

« JUEVES TAURINOS – 23 » (3’53)
     http://www.youtube.com/embed/fmWhdn1pCgo

« JUEVES TAURINOS – 24 » (3’35)
     http://www.youtube.com/embed/Wu1XXPL1Szs

« JUEVES TAURINOS – 25 » (4’07)
     http://www.youtube.com/embed/ZfZWj64Bwb0

« JUEVES TAURINOS – 26 » (5’13)
     http://www.youtube.com/embed/tLPCFGa-6Cg

« JUEVES TAURINOS – 27 »
   
 En attente.

« JUEVES TAURINOS – 28 » (3’03)
    
http://www.youtube.com/embed/BheJDuaVd_Q

« JUEVES TAURINOS – 29 » (2’31)
     http://www.youtube.com/embed/9Iu6oCfH-y8

« JUEVES TAURINOS – 30 » (4’35)
    
http://www.youtube.com/embed/_l0BrpTEYMs

« JUEVES TAURINOS – 31 » (3’50)
     http://www.youtube.com/embed/I92V6TsD0Zk

« JUEVES TAURINOS – 32 » (4’13)
     http://www.youtube.com/embed/SuM40G4DK6c

« JUEVES TAURINOS – 33 » (5’12)
     http://www.youtube.com/embed/KWQR-cM4JCI

« JUEVES TAURINOS – 34 » (4’21)
     http://www.youtube.com/embed/dOL3nrYgD_A

« JUEVES TAURINOS – 35 » (2’54)
     http://www.youtube.com/embed/nP38JCOVHwM

« JUEVES TAURINOS – 36 » (5’15)
     http://www.youtube.com/embed/zaufYl6FZ24

« JUEVES TAURINOS – 37 » (3’35)
     http://www.youtube.com/embed/oV6actzR9TQ

« JUEVES TAURINOS – 38 » (3’09)
     http://www.youtube.com/embed/fwdbOeebSpA

« JUEVES TAURINOS – 39 » (4’00)
     http://www.youtube.com/embed/_UY-dEebJHg

« JUEVES TAURINOS – 40 » (4’55)
     http://www.youtube.com/embed/TSkot8MHhxA

 

 
 

LES GRANDES ARCHIVES DU PASSE !!!
     Le Toro et le Toreo « d’hier »… 100 ans d’histoire, par l’image, dans cette page spéciale du quotidien "ABC", de Séville:
               « CIEN AÑOS DE TOROS – UN SIGLO DE IMAGENES »
    
                    Ici: http://www.abcdesevilla.es/informacion/archivo_taurino/index.asp