L'ACTUALITÉ TAURINE
(Les dernières 48 H)
Pour toute l'actualité archivée de MAI
cliquer sur "MAI"  ci-dessus (premières dizaines)  -  (De même, pour tous les autres mois, à leur place - par dizaines de jours)
Les Chroniques de 
Patrick Beuglot
 

I     ICI, NOUS COMPRENONS, ET ACCEPTONS, QUE L'ON DISE: "LA CORRIDA, JE N'AIME PAS!"
                                                                        MAIS NOUS N'ACCEPTERONS JAMAIS QUE L'ON DISE: " LA CORRIDA, JE N'AIME PAS…DONC, IL FAUT LA SUPPRIMER! "

 
 
 

17 Juin - 20h30:
     LE RENDEZ-VOUS DU DESTIN:  IVAN FANDIÑO PERD LA VIE, CE 17 JUIN 2017, EN PLAZA D'AIRE SUR ADOUR.

     Ce soir, la Fiesta Brava, la planète "Toros", la France Aficionada et le Pays Basque sont en deuil: Un brave s'en est allé, frappé par la corne du Destin, le jour dit, à l'heure dite, au lieu dit! Et personne n'y a pu rien faire: Ni les toreros, au quite; ni les ambulanciers, ni les chirurgiens, à l'Hôpital de Mont de Marsan.
     Ce 17 Juin 2017, un toro a tué Ivan Fandiño, en plaza d'Aire sur Adour…

     Alors qu'il voulait faire un quite au troisieme Baltasar Iban de la tarde, toro de Juan del Alamo, le torero de Orduña a trébuché, et le toro lui a mis la corne, au côté droit. Rapidement evacué vers l'infirmerie, Ivan Fandiño a été transporté vers Mont-de-Marsan, où les chirurgiens n'ont rien pu faire.
     Qu'il repose en paix, le brave!

 

LES DESTINS D'UN TORERO: IVAN FANDIÑO.
     Le diestro d'Orduña perd la vie, en plaza d'Aire sur Adour.
     Tombé devant "Provechito", de Baltasar Iban, il reçoit une cornada sans espoir.

     18 Juin: "Seul… le Destin savait!" Le Destin savait… sait, ce qu'il doit arriver de chacun d'entre nous.  - Combien sont ils, les braves guerriers, qui ont vaincu mille morts au cours d'impossibles combats, et qui sont partis, seuls dans leurs lits, ou en glissant sur la savonnette, dans leur douche? - On y croit ou pas! "Quoi que l'on fasse, c'est écrit!" - Alors, allons-y! Palante!" Et en fait, cela aide à vivre!
     Lorsque naît Ivan Fandiño Barros, le 29 Septembre 1980, à Orduña, petite bourgade de Vizcaye, en bord du Nervion, à quarante kilomètres au sud de Bilbao, presque à la limite de Castilla-Leon… personne ne sait qu'il sera torero. - Le Destin, si! - D'ailleurs, c'est vers la pelote Basque que le conduisent ses premiers élans, ses premières passions…
     Mais déjà, vers quatorze ans… la chistera pour la muleta!  - Alors, l'apprentissage, la bagarre… pour avancer; pour qu'on le repère! - L'école Taurine de Bilbao! Puis, lorsque celle-ci ferme ses portes, le "destierro", vers Valencia puis Jerez!  - La lutte… cette lutte dont seul le Destin sait le résultat! - Et puis, cette rencontre, ce "coup de cœur", ce coup d'Aficion, de passion: Ivan Fandiño, torerito rondelet de corps mais d'âme torera, rencontre Nestor Garcia! - Le Destin, toujours… Dès lors, chacun se battra "avec l'autre, pour l'autre!", et Nestor lui imposera un tel apprentissage que Fandiño gravira tous les échelons, coupant une oreille lors de sa présentation à Madrid en 2004; prenant l'alternative à Bilbao, en 2005; livrant de terribles combats, frôlant mille morts, recevant mille palizas, des dizaines de cornadas et puntazos, jusqu'à parvenir "en-haut!", à partir de 2011, grâce au toro; grâce à Madrid; grâce au Destin !!!
     Pourtant, celui-ci a des revers que lui seul connaît, et impose! - Ce Destin, que certains appellent "suerte", refuse de sourire en des moments-clefs: Bilbao, ce 12 Juin 2012, où il s'annonce, "seul contre six". Il pleut, et personne ne vient! A Bilbao, chez lui! Cosas del Destino! - Les échecs, les blessures, les triomphes, les grandes estocades… "Cosas del toreo, y del Destino!" - En 2007, à Bilbao, il estoque un toro en attaquant "sans muleta". On le prend pour un fou, et on l'insulte presque! Mais à la San Isidro 2014, la même suerte, crânement réfléchie, lui vaut d'ouvrir la Porte Grande de Madrid. - Ce jour-là, Le Destin, avait dit "que Si!" Pourtant, il dira "Non!", déjà…à plusieurs reprises, avant de fermer le grand livre d'une vie, hier.  …
     A Bayonne, 10 Août 2014, Ivan Fandiño monte un faenon au premier toro de Montalvo, lui coupant deux oreilles, après un coup d'épée comme lui seul en avait le secret, "atracandose de toro". Mais, le Destin!!! Son deuxième toro le prend vilainement, dans un delantal de réception, au capote, et le laisse inanimé au sol. Traumatisme crânien - A partir de ce jour-là, Ivan Fandiño ne sera plus le même, et surtout, il n'estoquera plus de la même façon…
     Madrid, 29 Mars 2015… le Destin, encore une fois!!! - Pris d'une saine ambition torera, avide de triomphe et de reconnaissance, Ivan Fandiño lance un nouveau défi: Six toros, dits "de los duros", tout seul, en unico espada, à la Monumental de Madrid, un Dimanche de Rameaux. - L'Aficion, qui apprécie le pundonor de Fandiño, vient à la plaza et la remplit jusqu'au toit: "No hay billetes", un 29 Mars… Elle vient, cette Aficion, "con ilusion", avec grand espoir, des quatre coins de la planète: "Six toros-toros, pour un Torero-torero…enfin!". - Seulement voilà: Les toros sortent mal, et lui… n'est pas bien! Certains le disent "méconnaissable"!  - Dès lors, la chute sera vertigineuse: Séville se moquera, quelques jours plus tard; et Madrid, "sa Madrid", finira par lui tourner le dos, ne lui pardonnant pas d'avoir brisé son rêve. Pendant ce temps, les revisteros, chanteurs de belles dentelles, qui n'apprécient aucunement "le torero-macho", s'en donnent à cœur joie, déversant leur fiel et leur "Je vous l'avais bien dit, qu'il était mauvais!" - Tellement facile!!! Et là, le Destin n'y est pour rien! Seuls les hommes décident d'être des salauds... ou de le devenir!
     Alors, Fandiño lutta contre le Destin, contre ce destin qui lui avait laissé entrevoir "le plus haut", en Espagne, en France, en Amérique du sud, au Pérou comme en Colombie… Il lutta, rageusement, violemment, affrontant les quolibets Madrilènes, et les regards en-dessous, dans les grosses ferias, de plus en plus rares; passant des palaces, souvent froids, aux hôtels plus modestes… où chacun le saluait avec un vrai sourire. - Il lutta, revenant et se reconstruisant, dans des plazas de moindre catégorie… Il lui manquait "un toro"! Une faena! Une estocade! Un triomphe qui, d'un coup, le remette en selle… - Il lutta… contre les toros; contre lui-même; contre ce mauvais sort qui, le 18 Mai dernier, lui attribua, en pleine San Isidro Madrilène, le pire toro qui soit, un Parladé fou, mansisimo et "de mala muerte". Et Madrid, "sa" Madrid, se mit à siffler, à se moquer! - Là, le destin n'y avait rien à voir! "Pura maldad de un publico, o un sector de la plaza, el cual va presumiendo ser Aficionado!"
     Aire sur Adour était l'une des étapes de cette lutte, l'un de ces échelons pour revenir "en-haut"! - Dans le Sud-Ouest, seule Mont de Marsan lui avait gardé sa confiance… Imaginez: "Des Landais, au secours d'un Basque!"  Il faut bien dire que c'était là entièrement mérité! - Aire sur Adour était, non une corrida "de plus", dans une plaza "mineure"! C'était "une étape" de plus, vers les grandes ferias! Le retour en haut, enfin !!
     Oui mais voilà! "Le Destin !", celui qui sait tout et "qui décide", quoi que l'on fasse, avait un autre dessein, pour Ivan Fandiño. Tout comme il avait décidé que Manolete rencontrerait "Islero"'; ou que Paquirri avait rendez-vous fixé avec "Avispado"; sans parler du pauvre Yiyo, avec "Burlero"… et bien plus récemment encore, de Victor Barrio, avec "Lorenzo", il y a moins d'un an, à Teruel... 
     Le Destin savait… puisqu'il avait décidé: "Ivan Fandiño, le 17 Juin, à Aire sur Adour, au troisième toro… même pas le sien!"
     Le Destin savait, et avait décidé que l'on ramènerait le torero à la vie, après un premier arrêt cardiaque… mais pas au second.
     Le Destin savait… il était bien le seul!
     Alors, aujourd'hui, fasse que le Destin soit doux et généreux, avec sa famille, ses proches, ses amis de toujours; pour Nestor, son apoderado, son frère, celui qui disait "J'ai commencé avec Ivan, je finirai, avec Ivan!" - Que le Destin maudit, veuille bien apaiser les âmes, avant de dicter d'autres malheurs… Et que le Destin veille sur cet homme, ce torero, qu'il a décidé d'enlever aux siens, et à l'Aficion, un 17 Juin de l'an 2017, dans une des ces "plazas de Dios", comme les toreros ont coutume d'appeler ces arènes… d'où l'on ne revient pas!
     Que le Destin te permette de reposer en paix, Ivan Fandiño.

     En souvenir et en hommage, ces photos d'Ivan Fandiño - Pour ne pas l'oublier. (Faire clic droit et "ouvrir en une nouvelle fenêtre")
     https://goo.gl/photos/9mkg68pUeV7EX3879

 

DESORMAIS DANS L'HISTOIRE ET LA LEGENDE DU TOREO…

     18 Juin: Hélas peut-être, il en est ainsi: Les progrès techniques de l'audiovisuel étant ce que nous savons, des images, de plus en plus précises, de plus en plus dures, inondent les pages des quotidiens et des magazines, électroniques ou autres, sans parler des réseaux "dits" sociaux, qui s'en repaissent, parfois allégrement, souvent cyniquement, sadiquement…
     A Linares, Cano était là, avec son appareil photo. A Pozoblanco, il y avait une caméra, dans l'infirmerie. Les dernières phrases de Paquirri ont couru le Monde entier, du Pôle Nord au Sud, rendant à la Fiesta Brava toute sa "différence" et toute sa grandeur. Aujourd'hui, Ivan Fandiño rejoint le bataillons glorieux des toreros tombés "à leur champs d'Honneur", et ses images resteront à jamais gravées dans les mémoires. Bien sûr elles lèveront de nouvelles polémiques, exacerberont de nouvelles passions, de nouvelles "saletés", surtout dans l'anonymat de "la Toile", mais elles diront aussi combien "un toro reste un toro!", en toute occasion, en tout lieu… Et elles diront aussi combien, malgré les temps et les modes, la Fiesta Brava reste "sérieuse", ne supportant pas qu'on illustre, par des dessins d'enfants, ou des "élucubrations" de tordus ou prétendument artistes, ce qui est, et qui reste, l'unique vérité: "Dans un ruedo, quand sort le toro, et jusqu'à son dernier souffle, des hommes peuvent mourir! Et ce, à chaque instant!"  C'est la raison pour laquelle, avec respect et mille peines au cœur, on est bien obligé de les montrer, ces images…
     A ce sujet, on saluera ici "la pudeur" avec laquelle Philippe Latour rend compte de la dernière faena d'Ivan Fandiño, lui dont les clichés illustrent généreusement les corridas du Sud-Ouest, dans "El Tico.org", en complicité avec son collègue Thierry Reboul. Un respeto, à tous les deux!

A voir et lire: Les mots de Thierry Reboul, et les photos de Philippe Latour - dans "Eltico.org":
     https://www.eltico.org/index.php?option=com_content&view=article&id=8117:aire-sur-l-adour-17-06-2017-maestro-23170617&catid=19&Itemid=238
Les photos de la tragédie - par Iroz Gaiza (AFP) , via "El Mundo":
     http://www.elmundo.es/album/cultura/toros/2017/06/17/59459029468aeb582d8b459b.html
Les photos de la tragédie - par Jennifer Harispe, via "Mundotoro":
     http://www.mundotoro.com/noticia/galerias/secuencia-de-la-terrible-cornada-a-ivan-fandino-i-jennifer-harispe-actutoro

A voir et écouter - en vidéo - l'Emission "El Ultimo Tercio", sur "Canal Toros", via "Tauro Club":
     https://www.youtube.com/embed/T6wrbtNP-Hw

 

L'INSTANT…

     18 Juin - Le troisième toro, "Provechito", sort de la pique… Ivan Fandiño le met en place, pour un quite par chicuelinas. Il donne la première, impeccable et, sur le projet de deuxième, le toro le gagne de vitesse, n'obéit pas au toque, et renverse le diestro. Les capes viennent au secours, mais le toro reste fixé sur le torero au sol, lui met la corne, sous la chaquetilla, à l'arrière du côté droit, le pousse et le relève, pour le porter longuement, avant de le lâcher, quelques mètres plus loin. On imagine le trajet et les dégâts qu'aura pu faire la corne, sur ce court  mais terrible instant. C'est ce que rapportent, ici, en fin de reportage, les images d'Alain Garres.

     En video - La faena d'Ivan Fandiño… et la cornada - par Alain Garres, pour Corrida.tv:
    
https://www.dailymotion.com/embed/video/x5r4fqp

 

UNE CORNADA MORTELLE "DE NECESIDAD"…

     19 Juin: Bien sûr, des polémiques surgiront! Certaines paroles de subalternes donneront lieu à interprétation… Bien sûr, les grands "N'Y a qu'à…! Faut qu'on…!" auront quelque grain à moudre. µ
     Bien sûr!! - Il en est toujours ainsi…
     Que voulez-vous: C'est arrivé en France, dans une toute petite plaza. Alors!  - Pourtant, au détail de la blessure infligée à Ivan Fandiño par "Provechito" - N°53 - de Baltasar Iban, les médecins qui ont vécu le drame, et ceux d'Espagne, dont nous avons eu contact, ont tous le même témoignage, la même conclusion: La cornada était mortelle "de necesidad". Et comme celle du pauvre Yiyo, à Colmenar; celle de Manolo Montoliu, à Séville; ou celle de Victor Barrio, l'an passé à Teruel… la cornada ne laissait aucune chance au torero… ni aux docteurs:
     Le torero est entré à l'infirmerie, le visage gris, pratiquement sans pouls, se plaignant de ne pouvoir respirer. La cornada a suivi une trajectoire de 15 cms vers le haut, provoquant de terribles dégâts aux reins, foie et poumon; la veine cave étant sectionnée, provoquant une intense hémorragie interne. Dans le trajet qui mène vers l'Hôpital Layne de Mont de Marsan, Ivan Fandiño fait deux arrêts cardiaques. Le Docteur Poirier le ramène du premier, mais le second lui sera fatal…

Il a fallu feuilleter d'innombrables pages, pour en trouver une qui apporte un maximum d'informations, et surtout, reste libre de tous les commentaires, absolument odieux, de nombreux "lecteurs"… en particulier "Sud-Ouest". C'est dans un journal Mexicain que l'on y parvient: "Guadalajara Diario":
     http://www.guadalajaradiario.es/local/23090-relato-de-la-tragica-tarde-de-aire-sur-l-adour.html
Dans "El Español", le docteur Garcia Padros commente les premiers éléments concernant la cornada:
     http://www.elespanol.com/toros/20170618/224727905_0.html
Dans une chronique du "Pais", Antonio Lorca "maintient le doute":
     http://cultura.elpais.com/cultura/2017/06/19/actualidad/1497857098_270257.html

 

DERNIER AU-REVOIR

     19  Juin: C'est après vingt heures, hier soir, que le convoi funèbre transportant le corps d'Ivan Fandiño est arrivé au funérarium d'Amurrio, un petite bourgade de la province d'Alava, à moins de dix kilomètres d'Orduña. Les parents du torero étaient arrivés dans la nuit, à Mont de Marsan, et au petit matin, son épouse Cayetana, fille d'un ganadero Equatorien. Le couple, marié en 2014, avait une petite fille, Mara, qui va faire deux ans. Au portes de l'édifice, des dizaines de couronnes, parmi lesquelles une de la Famille de Victor Barrio. Pobres!
     Des amis de toujours étaient là, en digne mais en complète désolation, auxquels sont venus se joindre les membres des cuadrillas de Fandiño, y compris les anciens, comme par exemple Jesus Arruga. Le torero, veillé toute la nuit par la famille, sera incinéré aujourd'hui, au crematorium de Llodio. Et ce lundi soir aura lieu, en l'église Saint Marie d'Orduña, la messe pour le repos de l'âme du malheureux diestro. Plusieurs toreros sont déjà arrivés, qui veulent lui dire ce dernier "au revoir": Enrique Ponce, arrivé hier à Bilbao; Juli, Manzanares... Sont déjà venus lui rendre hommage, ce matin: Espartaco, Fandi, Curro Diaz, un de ces grands amis, dont le message honore Ivan Fandiño "homme intègre et libre".
     En France, à Aire, tout le monde est encore consterné. La Junta des Peñas Aturines a décidé un moment de respect et d'hommage au torero, ouvert à tous, Mercredi 21 Juin, de 16h à 20h, aux arènes Maurice Lauche. "Pour qu'on ne l'oublie pas!"

Avec respect:
     En video - L'arrivée du corps du Torero, au funérarium d'Amurio:
     https://www.youtube.com/embed/t5USDPmOMvI
    
En video - via "Canal Toros"
     https://www.youtube.com/embed/LKO-TXC_az8
     En video - via "AgenciaEfe":
     https://www.youtube.com/embed/YSxNjXzeA8s

     En photos - L'arrivée à Amurrio - via "El Correo" (Faire clic droit et "ouvrir en une nouvelle fenêtre")
     http://www.elcorreo.com/fotos/sociedad/201706/18/lagrimas-dolor-llegada-restos-4049120000-mm.html?edition=alava

 

LES ADIEUX…

     20 Juin: C'est le cœur bien gros que la petite ville Basque d'Orduña a fait ses adieux à son torero, à son fils: Ivan Fandiño. L'église Santa Maria était bien trop petite et beaucoup de monde est resté au parvis, pour entendre, voir, partager…Oubliées, l'espace d'un instant de vraie communion, les préoccupations et les rancœurs, envers ceux qui, une fois encore, inondent les réseaux sociaux et les commentaires de la Presse ou Youtube, de véritables saloperies, au point même que l'on se demandera si ce sont des humains qui en sont les auteurs… Si Dieu existe, qu'il les pétrifie sur place! Une telle haine, une telle abjection n'a rien à faire sur Terre.
     Ivan Fandiño était aimé des gens, de tous bords, de toutes conditions… Il était apprécié et, dit-on, respecté des Taurins, bien que peut-être certains d'entre eux ne lui ont guère facilité les choses… En tous cas, "tous étaient là", selon leur possibilité et calendrier, hier dans l'immense "plaza d'un jour", que fut l'église d'Orduña.
     On sait qu'au Pays Basque, quand on chante, c'est avec le cœur, et les tripes! Alors, hier… on a beaucoup chanté, "pour Ivan"!
     Ils étaient venus, tous là, les figuras del Toreo! Les autres aussi, qui essaient de tracer la route, vers le haut de l'Escalafon... comme l'avait si bien fait Fandiño! Des figuras, des maestros retirés! Tous! Aux côtés d'Enrique Ponce, Juli, Manzanares, Perera, Espartaco, Ortega Cano, Pepin Liria...et de tant d'autres, la silhouette, discrète, de Jose Tomas. Dehors, ceinturant la plazita des toros, des dizaines et dizaines de couronnes de fleurs, venant du monde entier…
     Aujourd'hui, toutes les chroniques pleurent, chantent la gloire et les mérites du torero… Certaines le font sincèrement ! Il en est d'autres qui manquent, celles qui ne font que tresser à d'autres de faciles couronnes! Celles de ceux qui avaient enterré Ivan Fandiño… avant qu'il ne meure! Souvent injustes, gratuitement méchantes, et aujourd'hui absentes… comme est absente la générosité de l'âme!
     Ivan Fandiño restera, pour nous tous, Aficionados, un torero "à part", et surtout "un homme" et "un caractère"…Peut-être, à un moment symbolisa t'il "le Torero" dont nous rêvons tous, les Aficionados: "Celui qui va au toro, à n'importe quel toro, et qui donne chaque fois "tout ce qu'il a", droit comme une épée…" Et c'est en cela que les Aficionados, eux, ne l'oublieront jamais.   

Images vidéos d'un dernier adieu:
     "Témoignages", via "Canal Toros" - (A voir, en fin de reportage, celui de Teo, son mozo de espada):
     https://www.youtube.com/embed/hrnBn3JFuFs

"Dernier adieu" - A lire:
     Dans "El Mundo" - par Iñigo Crespo:
     http://www.elmundo.es/cultura/toros/2017/06/19/59478b7be2704ed47d8b45ba.html
     Dans "El Correo"
(Faire clic droit et "ouvrir en une nouvelle fenêtre") :
     http://www.elcorreo.com/bizkaia/culturas/201706/19/plana-mayor-toreo-despide-20170619204009.html
     A lire un hommage "à part", mais vrai, par Ricardo Diaz Manresa - Dans "Avance Taurino":
     http://www.avancetaurino.es/iban-contra-ivan-tragedia-de-la-mala-suerte-articulo-de-ricardo-diaz-manresa/

En photos:
     Dans "El Correo"
 (Faire clic droit et "ouvrir en une nouvelle fenêtre"):
     http://www.elcorreo.com/fotos/sociedad/201706/19/escenas-dolor-tanatorio-ivan-4057562100-mm.html?edition=bizkaia

 

LA FRANCE TAURINE N'OUBLIERA PAS FANDIÑO.

     20 Juin : Encore une fois, il n'est pas facile de répercuter les témoignages des Taurins Français, s'exprimant dans la Presse Française, en particulier notre "Sud-Ouest", tant les commentaires de certains lecteurs, que le journal ne peut, ou ne veut, occulter, sont à vomir d'appartenir à la même espèce… Aussi, on retiendra, en synthèse de bien de nos sentiments, la lettre de Jean-René Etchegaray, Maire de Bayonne et Président actuel de l'Union des Villes Taurines de France, rapportée ici, via "Eltico.org":
     https://www.eltico.org/index.php?option=com_content&view=article&id=8127:lettre-de-l-uvtf-du-18-juin-2017-suite-au-deces-de-ivan-fandino-16190617&catid=19&Itemid=238

 

AFIN QUE LES CHOSES SOIENT BIEN CLAIRES…

     21 Juin: Au vu, au lu de certaines "ébauches de polémiques", autour de la blessure d'Ivan Fandiño et de la façon dont elle a été gérée, l'UVTF vient d'éditer un communiqué officiel, apportant à tous "les malheureux éclaircissements", nécessaires à certains. Ce communiqué nous est transmis par André Viard, le 21 Juin à 8h13. Arrivé PDF, sans lien possible, il est intégralement repris ici, pour l'information, urgente, de tous. Il est suivi de l'article du "Pais", auquel il est fait allusion dans le texte… où l'on voit que, malgré les précisions apportées et le témoignage de Nestor Garcia, apoderado du torero, "certains" ne désarmeront pas...

COMMUNIQUE DE L'UVTF (Union des Villes Taurines de France)
    
"Pour éclaircir des incertitudes surgies en Espagne suite au décès de Ivan Fandiño consécutif à un coup de corne reçu dans les arènes de Aire sur Adour, l’UVTF porte à votre connaissance les faits suivants après audition des différentes parties, consultation du bulletin médical établi dans l’infirmerie des arènes de Aire par le docteur Darracq et des minutes des actes médicaux auxquels il fut procédé sur le torero blessé. 
     - Avant d’autoriser le déroulement de la corrida qui débutait à 18 heures, monsieur Éric Encinas, président de celle-ci, a inspecté l’infirmerie conformément au règlement taurin extra municipal, et constaté la présence d’une équipe composée d’un chirurgien, d’un médecin anesthésiste, deux infirmières anesthésistes, deux infirmières, deux secouristes et deux ambulanciers. L’infirmerie était équipée du matériel d'anesthésie et de chirurgie d’urgence conformément au règlement taurin français. Une ambulance était sur place pour assurer un transfert éventuel. 
     - À 19 h 30, ainsi qu’il apparaît dans le compte-rendu du docteur Darracq, chirurgien des arènes, Ivan Fandiño a été admis à l’infirmerie dans un état d'urgence absolue, avec des signes de choc, le visage grisacé et une pression artérielle infime.  En l’absence de tout saignement apparent, devinant l’existence d’une hémorragie interne, le docteur Darracq et son équipe ont décidé de stabiliser le torero en priorité par voie veineuse et l'on intubé, avec anesthésie immédiate.  L’exploration de la blessure a mis à jour une cornada à la base du flanc droit, avec un point de pénétration de 4 cm.  L’exploration digitale a montré un trajet de 15 cm remontant vers le thorax avec délabrement des muscles intercostaux et un espace sous péritonéal cruenté, avec bombement du péritoine traduisant une collection intra péritonéale. Un drain lame a été introduit dans ce décollement qui a ramené très peu de sang. 
     - Dés l’entrée de Ivan Fandiño à l’infirmerie, son transfert en hélicoptère a été organisé, dans le but de l’amener à Bordeaux pour une intervention thoracique éventuelle.  - Il convient cependant de savoir qu’un tel transfert ne permet pas d’apporter des soins au blessé si ceux-ci s’avèrent nécessaires durant le vol.  Or, la tension artérielle extrêmement basse d’Ivan Fandiño dès sa prise en charge, laissait craindre un arrêt cardiaque à tout moment.
     - Après avoir stabilisé au mieux ses fonctions vitales, et alors que le pronostic vital était engagé, il fut décidé de transférer Ivan Fandiño vers l’hôpital Layné de Mont de Marsan dans un véhicule médicalisé précédé par deux motards de la police et en compagnie d’un médecin anesthésiste / réanimateur. 
     - Comme cela était malheureusement prévisible, Ivan Fandiño a fait un premier arrêt cardiaque dans l’ambulance, dont il a pu être ranimé.   - Le docteur Poirier, chef de service et porte parole de l’Hôpital Layné qui avait voyagé dans l’ambulance, a constaté le décès du toro consécutif à un second arrêt cardiaque dans l'enceinte de l'hôpital, après que les efforts pour le ramener à la vie une seconde fois aient été vains. 
     - Après avoir ouvert le corps du torero, il a alors confirmé l’étendue de l’hémorragie interne (trois litres et demi de sang noir provenant des glandes hépatiques), l’arrachement de la veine cave, ainsi que des blessures au foie, au rein et aux poumons qui furent qualifiés d’irréversibles, affirmant que rien n’aurait pu empêcher l’issue fatale.   L’arrachement de la veine cave est mortel dans quasiment 100% des cas dans un temps extrêmement bref.   Ainsi que l'a confirmé le Professeur Fabien Thaveau, chirurgien vasculaire et chirurgien d'arènes, une plaie de veine cave supérieure étendue aux veines sus-hépatiques mène de façon quasi systématique à une issue fatale pour le patient traumatisé. 

     - La question a été posée de savoir pourquoi aucun bulletin médical n’a été publié depuis l’infirmerie des arènes. La réponse est simple : conformément à la législation française sur le secret médical, les médecins n’en ont pas le droit.  Seul le patient, ou ses accompagnateurs, peuvent être destinataires de ces informations confidentielles. Le bulletin médical établi par le docteur Darracq fut donc remis à l’entourage de Ivan Fandiño lorsque celui-ci quitta l’infirmerie. En vertu de cette même législation, les documents dont l’UVTF a pu prendre connaissance ne peuvent être publiés que par la famille du torero, si elle le souhaite. 
     - Tous les chirurgiens consultés, dont le professeur Jean -Pierre Clarac, s’accordent à dire que malheureusement la blessure reçue par Ivan Fandiño était nécessairement mortelle et qu’il eut été impossible d’échapper à une issue fatale dans quelque contexte que ce soit.  - Par ailleurs, l'Association Française de Chirurgie Taurine, représentée par son président, le docteur Olivier Chambres, souscrit entièrement à l'analyse des faits et conclusions présentés ci -dessus et cosigne avec l'UVTF le présent communiqué. 
     - L’UVTF tient à souligner le travail admirable et l’engagement du docteur Darracq et de son équipe dans de nombreuses arènes du Sud-Ouest, ainsi que celui de toutes les autres équipes médicales regroupées au sein de l'Association de Chirurgie Taurine, grâce auxquelles la temporada française peut se dérouler dans les conditions optimales de sécurité pour les toreros. 
     - L'UVTF et l'AFCT remercient Nestor García, apoderado de Ivan Fandiño demeuré à ses côtés jusqu'à l'issue fatale, pour sa déclaration au quotidien El País : Ivan "a été traité du mieux possible dans l'infirmerie, mais la cornada était irréparable ; Ivan est mort parce que c'était inévitable". 
     - L’UVTF déplore le drame survenu dans les arènes d’Aire et s’associe au deuil cruel qui frappe la famille du grand torero que fut Ivan Fandiño, son apoderado et sa cuadrilla, ses proches et ses amis, mais aussi l’immense famille taurine dont la solidarité et le courage ont été démontrés lors de la messe dite dans l'église de Orduña pour honorer sa mémoire.

Ici - Copie de l'original de la lettre de l'UVTF, (parvenue ultérieurement):
    
http://www.uvtf.fr/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=15&wysijap=subscriptions&user_id=1428

A lire - L'article ici évoqué, dans "El Pais":          
     http://cultura.elpais.com/cultura/2017/06/20/actualidad/1497979824_514996.html

 

IMPRESSIONNANTE DIGINITE

     22 Juin: Durant des semaines, des mois, se poursuivront les polémiques, les invectives, les insultes envers ceux qui sont partis, le mépris pour ceux qui restent… On se souvient des menaces et des insanités versées sur l'épouse de Victor Barrio.  - Hélas, la Société est devenue celle-là, et nous n'y pouvons presque rien puisque dorénavant, ce sont les êtres "normaux" qui sont les parias…
     Et dans ces méandres de "deshumanité", quelques phrases, quelques mots, un communiqué. C'est la famille et l'épouse d'Ivan Fandiño qui les écrivent, et les ressentent, par-delà l'immense douleur.  
     Après des paroles de reconnaissance à tous, pour la solidarité, ces phrases, impressionnantes de dignité: "Nous voulons aussi souligner que tous les personnels, de l'infirmerie de la plaza, de l'ambulance, de l'hôpital, ont fait tout leur possible pour sauver la vie d'Ivan. Il n'y a en nous aucun doute sur le fait que tout ce qui était humainement faisable a été fait… Et nous demandons simplement le respect, pour tout ce qui est arrivé, là-bas".
     Décidément, les toreros et tous ceux qui les aiment, les entourent et "vivent leur vie", sont des personnes "différentes". Si les autres, dont nous sommes, pouvaient en prendre un peu de la graine…

     A lire - Ici repris dans "ABC", le communiqué de la Famille d'Ivan Fandiño:
     http://www.abc.es/cultura/toros/abci-familia-fandino-medicos-hicieron-todo-posible-salvar-vida-ivan-201706211554_noticia.html

 

LA DURE VERITE…

     23 Juin: Ils sont tous venus! Ils étaient tous là! Ou presque… Certains n'ont rien dit! D'autres ne pouvaient venir… Que de visages graves! Que de belles paroles, "muy sentidas!"…Beaucoup étaient sincères, à n'en pas douter! D'autres probablement moins…
     Tandis que le pape des chroniqueurs taurins Français (tu parles!) nie le mauvais sort du pauvre Ivan, d'autres, plus terre à terre, ou plus croyants, ouvrent enfin "le cajon de los recuerdos", cette boite où l'on garde les souvenirs bien rangés, les bons comme les mauvais…  - Ivan Fandiño a combattu, toute sa vie torera, et pas seulement le toro! Avec Nestor Garcia, son unique apoderado du premier au dernier jour, il a voulu accrocher la lumière, tutoyer les étoiles, forcer le Système à lui ouvrir la Porte dorée… Et l'on sait qu'ils ne sont pas nombreux, à aimer cela, dans… "Le Système"! - Courageux comme un diable, ambitieux comme doit l'être un torero, Ivan Fandiño "défia le Monde"…
     Oui mais voilà! Mais lorsque l'on ose cela, il ne faut pas perdre… sinon, "le Monde", lui, ne pardonne pas, dans les despachos, dans les colonnes des journaux, dans les chroniques des soit-disant "libres", et enfin, ceci résultant souvent de cela, dans les tendidos grandes plazas… - Séville a toujours dénigré Fandiño! Madrid, qui l'a monté haut, ne lui a jamais pardonné ses deux défis majeurs... et manqués: Le double contrat, avec affiches et grande com, pour la Feria de Otoño 2013; et, suprême offense: Le "unico espada" des Rameaux 2015.
     Lorsque l'on ose cela, il faut réussir à tout prix: La Puerta Grande, ou celle de l'infirmerie! Seules ces deux imposent à tous le respect! Fandiño les manqua toutes deux… mais il fit aux figures une terrible offense: Remplir un "No hay billetes" à la Monumental de Madrid, tout seul, face à des "durs", un 29 Mars. Cela, personne ne lui a pardonné, chez "les grands": que ce soit "las figuras" qui, ce jour-là, avaient toutes les doigts croisés, derrière le dos; que ce soit les empresas, les yeux rivés avec angoisse… sur leur tiroir-caisse; que ce soit enfin les "grandes plumes" de la presse Taurine, à la solde des uns ou des autres, "sentimentalement" du moins… certains dénigrant systématiquement ses réussites, se moquant du physique autant que de l'artistique… étant seulement obligés de baisser pavillon lorsque "vraiment", ils ne pouvaient faire le contraire… comme ce jour où le Torero de Orduña mit "un repaso" monumental au Juli, en plaza de Mont de Marsan (Feria 2014 - Toros de La Quinta). Juli non plus, ne lui a jamais pardonné! Mais lui au moins "se mettait devant"… - En France, certaines "mazettes" en faisaient autant, tandis que "le tendido!", lui, reconnaissait à Fandiño "cette envie permanente", cette sincérité, quelles que soient les circonstances… au point qu'il en devenait beau!! (disent-elles!) Et nous, affreux machos que nous sommes, n'en étions absolument pas jaloux!
     Alors… "Nacido para morir!", né pour mourir un peu, jusqu'au dernier paseo, au jour qui a été fixé, la-haut ? - On peut le croire! On peut le voir ainsi !
     Les athées se hâtent de le nier… Normal! Peut-être parce qu'au fond d'eux se pose la double question: "Et si c'était vrai?" avec son annexe "Et pour moi, c'est quand ?"  - D'autres y voient un chemin tout tracé… raison pour laquelle ils suivent leur route, sereinement, malgré les ronces et les épines…  - Qui a raison? Qui a tort? - Peu importe! A chacun ses croyances, ses sentiments, ses références… Mais, avouez que, dans un autre domaine... "Sportive de haut niveau, belle et très connue, elle est tuée par l'explosion…d'un siphon à crème !"* - Combien d'exemples de la sorte? - Allez dire après cela, que le Destin n'existe pas !!  
     En deux chroniques qu'il faut lire…"Xapu" Apaolaza et Barquerito, racontent de grandes vérités sur le parcours d'Ivan Fandiño. Et ces vérités font encore plus grand le "Torerazo" qu'il était, et "l'homme" qu'il était, dont l'une des dernières images est la plus belle: Ce sourire, en serrant contre lui ce gamin, Mathis**, qui vient le féliciter, à la barrera, lors de sa dernière vuelta al ruedo, oreille en main! C'était, au premier toro de la corrida d'Aire sur Adour, le 17 Juin 2017…
     Quelques minutes plus tard, le sourire était parti… loin, loin! Pourtant, il restera gravé à jamais dans les mémoires… au moins de la majorité des Aficionados, ceux "qui aiment, savent… et ressentent!"

A lire, dans "Hoy":
     Par Francisco Aapolaza: "Ivan Fandiño y la sombra de la derrota" - dans "Hoy - Extremadura":
     http://www.hoy.es/sociedad/fandino-sombra-derrota-20170618132918-ntrc.html
     Par "Barquerito": "En la muerte de Ivan" - dans "Hoy - Extremadura":
     http://www.hoy.es/sociedad/necrologica-ivan-fandino-20170618181130-ntrc.html

     ** Dans "Sud-Ouest", sous l'œil de Pascal Bats, on retrouvera l'hommage rendu, mercredi soir, à Ivan Fandiño, dans le ruedo où il a trouvé la mort. Communion des organisateurs et du public, au souvenir d'un torero et d'un homme:
     http://www.sudouest.fr/2017/06/22/en-images-mort-d-ivan-fandino-200-personnes-lui-rendent-hommage-a-aire-sur-l-adour-3554953-10229.php

*Accessoirement, voir: http://www.60millions-mag.com/2017/06/21/l-explosion-d-un-siphon-chantilly-fait-un-mort-11215

 
     A voir, dans le "TENDIDO CERO" du 24 Juin, l'hommage à Ivan Fandiño (en première partie du programme):  http://www.rtve.es/alacarta/videos/tendido-cero/tendido-cero-24-06-17/4079439/
 
 
     Le cours de l'Actualité, passée et présente, reprendra le 23 Juin.
 
 BADAJOZ - Feria de San Juan 2017
 

Jeudi 22 Juin:
     Toros del Pilar, pour Enrique Ponce, Jose Maria Manzanares et Andres Roca Rey.
Vendredi 23 Juin:
     Toros de Jandilla, pour Morante de la Puebla, Alejandro Talavante et Gines Marin.
Samedi 24 Juin: Toros del Torreon (Cesar Rincon), pour Joselito Adame et Jose Garrido, en mano a mano.
Dimanche 25 Juin - Novillada non piquée, avec des erales de Zalduendo

 

FERIA DE BADAJOZ - 1ere: COGIDA DE ROCA REY.
     Le diestro Péruvien, actuellement en tête de l'Escalafon, souffre d'une cornada interne.

     23 Juin: Montée par "la Fit", la Feria de Badajoz a débuté hier, 22 Juin. Moins "volumineuse" que par le passé, elle compte de trois corridas et d'une novillada sin picar…
     Et c'est là qu'on s'aperçoit que "La Fit" en question, à Badajoz, Cordoue ou ailleurs, n'est pas plus forte que les autres: "Demi-plaza", hier, pour un cartel rassemblant Ponce, Manzanares et Roca Rey, le tout pour fracasser devant un lot "sans rien" du Pilar… Avouons qu'il n'y a pas de quoi pavoiser!
     Tout cela ne passerait que "pour anecdote de plus", sinon " par pertes et profit" si la corrida n'avait été marquée par une cogida, très sévère, de Roca Rey. De plus, en entrant a matar! - Pour le moment, on parle de cornada "envainada" à la cuisse droite, en attente d'examens plus poussés (échographie). - Ce qui inquiète un peu: Le moment de la cogida (al matar) et la violence de celle-ci (dure culbute et "salement" recherché au sol). Roca Rey, qui avait traversé les grosses ferias d'Avril et Mai sans presque se faire lever les pieds du sol, prend là "une grosse boite", juste avant les grands cols de Juillet et Août…
     En attendant, "des soucis" pour la Fit comme pour le autres: Demi plaza, hier, pour Ponce, Manzana et Roca Rey !  

Jeudi 22 Juin - BADAJOZ - 1ère de Feria - Demi-arène: Toros del Pilar, sans force ni race. Un lot absolument désastreux, qui a engendré un ennui général, dans la plaza.  
    
Enrique Ponce (de bleu France et or): Ovation; et Ovation - fit les meilleures choses de la tarde devant le toro d'ouverture, auquel il inventa une charge, le temps d'une grosse série sur chaque main, avant que le toro ne rompe définitivement le combat. Deux pinchazos et une entière condamnent toute pétition - Le quatrième fut "le pire de tout", et de tous, devant lequel Ponce "essaya tout" avant de devoir renoncer. Estocade et le respect général.
    
Jose Maria Manzanares (de bleu nuit et or): Palmas; et Palmas - toucha deux faibles et sans race, qui dégoûtèrent l'Alicantino, lequel se cantonna dans "une facilité périphérique" qui ne suscita que la tiédeur. Il tua "facile", qui ne signifie pas "bien"! A Badajoz, Manzanares "est passé" !
   
 Andres Roca Rey (de vert bouteille et or): Ovation; et Une oreille - n'a pas eu de chance: Faible et sans la moindre caste, son premier se cassa une patte, dans les adornos de fin. Bajonazo final - Et le sixième ne lui permit jamais de faire "son Toreo", d'émotion et de "bout portant". De ce fait, le Péruvien voulut "tout jouer" sur l'estocade, le toro n'obéissant pas à son toque et le prenant de plein fouet dans la rencontre, le corps du torero basculant par-dessus le piton et chutant lourdement au sol, où le toro va le chercher avec rage. Roca Rey s'échappe, tandis que les capes parviennent à éloigner l'animal. Angoisse générale, dans le ruedo. - Le jeune diestro reviendra, dans un état second, chaquetilla enlevée, taleguilla "hâchée", parvenant à estoquer son adversaire d'un nouveau bajonazo. Une oreille, et direction l'infirmerie.
     Malchance et "gros coup de pot!" car ce pouvait être bien plus grave (voir vidéo).

Ils y étaient:
     La vidéo-résumé de la corrida - Par "la Fit":
     https://player.vimeo.com/video/222747000?autoplay=1
     La vidéo- résumé de la corrida - Dans "Hoy"/Extremadura:
     http://www.hoy.es/culturas/toros/corrida-toros-jueves-feria-5480537549001-20170622230648-vi.html
     En video: La cogida de Roca Rey - via "La Fit":
     https://player.vimeo.com/video/222739817?autoplay=1
     En video: La cogida de Roca Rey - Dans "Hoy"/Extremadura: 
     http://www.hoy.es/culturas/toros/roca-sufre-cogida-20170622230811-nt.html
     La reseña de la corrida - dans "El Mundo":
     http://www.elmundo.es/cultura/toros/2017/06/23/594c408122601d304f8b45f2.html
     La reseña de la corrida - dans "El Periodico de Extremadur            a":
     http://www.elperiodicoextremadura.com/noticias/sociedad/pilar-abortaron-tarde_1024393.html
     La reseña de la corrida - dans "Hoy"/Exremadura:
     http://www.hoy.es/culturas/toros/feria-san-juan-badajoz/ninos-aburrieron-toros-20170623002118-ntvo.html
     La reseña et les photos de la corrida - par "Cultoro":
     http://www.cultoro.com/festejos/2017/6/22/pilar-imposibilita-triunfo-24404.html
Avant la corrida:
     En vidéo - le lot del Pilar  - par "la Fit":
     https://player.vimeo.com/video/222647305?autoplay=1%22

 

BADAJOZ - 2ème: GINES MARIN "EMBALADO"

     24 Juin: Il n'y a aucun doute là-dessus, et maintes pages de l'Histoire taurines le démontrent: Lorsqu'un torero vient de s'illustrer, en une grande occasion, par exemple lors d'une Feria importante, existe une période, plus ou moins longue, où tout lui paraît "clair", presque simple; où les publics "accrochent" à ses moindres gestes, et où "même la chance" se range immédiatement à son côté. On dit alors que le torero est "Embalado", c'est-à-dire, que rien ne peut arrêter sa marche triomphale, comme est dur à freiner un cheval emballé.  - C'est exactement ce qui arrive à Gines Marin qui, après ses deux triomphes Madrilènes (San Isidro et la corrida "de la Cultura", même sans couper) vient de triompher magnifiquement, hier à Badajoz, coupant trois oreilles et sortant a hombros, à la barbe du Morante et de Talavante.
     Certes Marin est Extremeño de cœur, mais surtout, il est actuellement "Torero… embalao!" Et cela, c'est universel!
     Cela dit… "à peine plus de demi-plaza", pour Morante, Talavante et Marin, hier à Badajoz!  - Misèèèèèère!

Vendredi 23 Juin - BADAJOZ - 2ème de Feria - Un peu plus de 1/2 plaza - Tarde agréable: Trois toros de Vegahermosa (sortis 1, 3 et 6ème); et trois de Jandilla ( en 2, 4, 5ème - et 6ème bis. Le 6ème a été remplacé par un sobrero de Jandilla) - Corrects de présence et inégaux de comportement. Les meilleurs, dans l'ordre: 2ème, 6ème et 3ème. En négatif: le 1er.
    
Morante de la Puebla (de noir et noir/azabache): Sifflets, et Bronca - ne voulut pas se compliquer la vie, devant un lot néfaste: désordonné et violent, le premier; et médiocre le quatrième, qui n'humilia jamais. Cela dit… "ne voulut pas les voir!"
    
Alejandro Talavante (de vert olive et or): Ovation; et Palmas - monta grande actuacion avec cape et muleta, face au meilleur de la tarde: Noble et "transmettant". Hélas, deux pinchazos et une entière lui coûtèrent les trophées - Le cinquième avait un méchant derrote que Talavante affronta avec grande vaillance, faisant un maximum pour triompher. Hélas, encore une fois, "se atasco": Metisaca très bas, et pinchazo hondo - Bache avec l'épée ?
    
Gines Marin (de pourpre et or): Deux oreilles; et Une oreille - a triomphé sur toute la ligne, devant des adversaires qui n'étaient pas forcément meilleurs que les autres. Mais, "embalado", après ses triomphes de Madrid, Gines Marin "voit" les choses aussitôt, clairement, et déroule un toreo classque mais "qui transmet", tant par son esthétique que sa variété; au point de couper trois oreilles, après deux actuaciones complètes, toutes deux rematées superbement à l'épée: Gros volapié au troisième; et trois quarts de lame, au recibir, au sobrero sixième. - "Embalado!
     Gines Marin est sorti a hombros par la Puerta Grande.  

Ils y étaient:
     La vidéo-résumé de la corrida - Par "la Fit":
     https://player.vimeo.com/video/222898351?autoplay=1
     La vidéo-résumé de la corrida - Dans "Hoy"/Extremadura:
     http://www.hoy.es/culturas/toros/corrida-toros-viernes-feria-5481812090001-20170623230603-vi.html
     En video: L'actuacion de Gines Marin - via "La Fit":
     https://player.vimeo.com/video/222895698?autoplay=1
     La reseña de la corrida - dans "El Mundo":
     http://www.elmundo.es/cultura/toros/2017/06/24/594d8f84e2704eb9698b4575.html
     La reseña de la corrida - dans "El Periodico de Extremadura":
     http://www.elperiodicoextremadura.com/noticias/sociedad/tres-orejas-gines-marin-sazon_1024569.html
     La reseña de la corrida - dans "Hoy"/Exremadura:
     http://www.hoy.es/culturas/toros/gines-marin-inicia-20170624002712-ntvo.html
     La reseña et les photos de la corrida - par "Cultoro":
     http://www.cultoro.com/festejos/2017/6/23/gines-racha-24427.html
Avant la corrida:
     En vidéo - le lot de Jandilla  - par "la Fit":
     https://player.vimeo.com/video/222798316?autoplay=1

 

BADAJOZ - 3ème: LA TERNA, A HOMBROS !
     ... mais la plaza, vide! 

     25 Juin: On a du mal à comprendre: Une empresa construit-elle un cartel… pour remplir sa plaza, ou pour simplement donner un spectacle, quel qu'il soit ? - Malgré la valeur et le courage des deux toreros en lice; malgré leur éventuels liens personnels avec la zone, comment peut on imaginer une seconde qu'un mano a mano, à Badajoz, entre Joselito Adame et Jose Garrido, puisse "mettre du monde" dans les tendidos ?
     - Résultat: Un quart de plaza! Et c'est fort dommage, car le festejo fut vivant, vibrant, les deux diestros se livrant un gros duel torero, face à un lot du Torreon dont le jeu, inégal, suscita des surprises, parfois agréables, notamment avec les deux derniers toros. Au final, les deux toreros sortiront a hombros, mais malheureusement on retiendra un paramètre qui ne leur sera pas favorable: Un quart de plaza au rendez-vous d'un mano a mano…
     "Ca ne paie pas!" - Una lastima!

     Samedi 24 Juin - BADAJOZ - 3ème et dernière corrida de Feria - 1/4 de plaza: Toros del Torreon (le Felipe Lafita de Cesar Rincon), correctement présentés, les deux derniers  de belle présence, mais donnant jeu irrégulier: Limités de forces, les trois premiers, avec danger à droite pour le toro d'ouverture. Un superbe toro: le Jabonero cinquième; et un bon: le très charpenté sixième.
    Joselito Adame et Jose Garrido, en mano a mano.
   
 Joselito Adame (de gris perle et or): Ovation; Une oreille; et Deux oreilles - a fait jouer le métier, devant ses deux premiers adversaires. Le premier lui ayant fait un sale coup, d'entrée, sur piton droit, le Mexicain monta une faenita rapide et variée, prioritairement à gauche. Il tue mal, "atravesado" - Le troisième avoua soseria, et Adame fut technique, dominant la situation mais tuant très bas - Par contre, fit vibrer le public, face au très bon jabonero cinquième, notamment par un début de faena "caminandole" ou "andandole al toro", c'est-à-dire "marchant avec le toro", vers le centre, tout en le toréant et lidiant. Très Torero! Feana certes inégale, mais "réveillant le public, et close d'un gros coup d'épée. (Faena du type de celle d'Olivenza, en 2016)    
   
 Jose Garrido (de pourpre et or): Une oreille après avis; Ovation; et Une oreille après avis - aura eu plus de mal, étant bien moins bien servi. Cependant, l'Extremeño aura mis en évidence sa qualité, au capote, recevant bien son premier qui, hélas, allait se révéler très faible. Calamocheo du faiblard et vaillance de Garrido, pour en tirer tout ce qui était possible, au prix d'une grosse voltereta, dans une bernardina.  Le jeune espada revint à la charge, dans la même suerte, et tua en deux temps. Oreille - Devant le quatrième, se défendant et chargeant court, Garrido fit son possible, jusqu'à un désarmé. Le public le remercia de son effort, vain, scellé d'une épée entière - Le sixième semblait promettre grand jeu, lorsque Garrido débuta à genoux, tant à la cape qu'à la muleta. Malheureusement le toro se retint, à gauche, et il fallut user d'artifices pour remonter la faena. Après pinchazo, une estocade qui lui permet la salida "compartida"…     
     Les deux diestros sont sortis a hombros.

Ils y étaient:
     La vidéo-résumé de la corrida - Par "la Fit":
     https://player.vimeo.com/video/222982198?autoplay=1
     La vidéo-résumé de la corrida - Dans "Hoy"/Extremadura:
     http://www.hoy.es/culturas/toros/corrida-toros-sabado-feria-5482458682001-20170624230605-vi.html
     La reseña de la corrida - dans "El Mundo":
     http://www.elmundo.es/cultura/toros/2017/06/25/594ee28d46163fa7248b45a6.html
     La reseña de la corrida - dans "El Periodico de Extremadur            a":
     http://www.elperiodicoextremadura.com/noticias/sociedad/adame-garrido-hombros_1024733.html
     La reseña de la corrida - dans "Hoy"/Exremadura:
     http://www.hoy.es/culturas/toros/feria-san-juan-badajoz/mano-mano-adame-20170625003031-ntvo.html
     La reseña et les photos de la corrida - par "Cultoro":
     http://www.cultoro.com/festejos/2017/6/24/joselito-adame-hombros-garrido-triple-golpe-gana-duelo-24453.html
Avant la corrida:
     En vidéo - le lot del Torreon  - par "la Fit":
     https://player.vimeo.com/video/222938471?autoplay=1

 
 
 
 

SELON JOSE MATA…
     en … "Toros en el Mundo TV"

     Au Mexique, Jose Mata est une espèce "d'enfant terrible" du journalisme taurin. Grande gueule autant que grand aficionado, il écrit et parle avec exigence et "passion totale", ce qui le mène souvent à quelques outrances, pourtant non exemptes de vérité.
     Chaque semaine, Jose Mata, directeur de la revue taurine "Toros en el Mundo", présente un magazine vidéo, d'environ 40 minutes, où il commente l'actualité "des deux côtés du Charco", mais surtout, "de sa Terre", Mejico !
     A suivre, ici, chaque semaine:

     "TOROS EN EL MUNDO TV" -  Programme du 23 Juin 2017 - par JOSE MATA:
     https://player.vimeo.com/video/222807355?autoplay=1

 

LES "VACANCES" DE MONSIEUR HULOT!

     24 Juin: Comme citoyen que nous sommes tous, nous respectons tout le monde… et soutenons le concept universel selon lequel "Notre liberté s'arrête où commence celle des autres!" C'est-à-dire également, que "La liberté des autres s'arrête où commence… la nôtre"!
     Incontestablement, l'arrivée au Gouvernement de Nicolas Hulot "devrait" être un bien pour la Planète! Mais elle sera probablement un signe "négatif" pour la corrida, dans la mesure où sa position est depuis longtemps connue: "Il n'aime pas!". Cependant, et avant que ne soient exploitées ses paroles par les soi-disant "Associations"… il vaut mieux que tous en prennent connaissance.
     On le sait, tout le monde déteste Jean-Jacques Bourdin, de Rmc (et il faut bien reconnaître que… "il y a de quoi!"), mais tous se battent pour passer devant son micro… C'est ainsi! Et donc, invité hier par ce polémiste-né, Nicolas Hulot s'est exprimé, sur la corrida et le "combat" pour la faire disparaître. Un poil gêné aux entournures - ne pas oublier que le Président a clairement déclaré, en substance, que "La corrida, pas touche!" - Nicolas Hulot a simplement dit: "La corrida, on le sait, je ne suis pas pour! C'est un débat que je suis prêt à ouvrir! Mais, est ce que ma position doit primer sur un débat de Société, c'est un débat culturel, régional, identitaire…?"
     Un débat à ouvrir, donc… lorsque bien d'autres choses seront résolues, en accord parfait avec tous! Et en connaissance de cause… réellement! C'est-à-dire… en mettant absolument tout sur la table! - Pour le moment... "Y a du taf, ailleurs!"
    
A voir ici, en vidéo: Nicolas Hulot, (sa position sur la corrida: minute 11'15''), sur BFM.TV:
     https://www.youtube.com/embed/MT90G2unskk

     Au sujet de le Fiesta Brava, on retiendra la lettre qu'a adressé Jean-René Etchegaray, Maire de Bayonne, en tant que Président de l'UVTF, à Emmanuel Macron, Président de la République. Outre un remerciement pour sa position, clairement exprimée, quant à la corrida, des demandes non moins claires qui cependant, si elles sont logiques, peuvent susciter une "Division d'opinions", au plus haut de l'Etat, en les circonstances actuelles…A chacun de se faire une opinion!  
    
A lire la missive du Maire de Bayonne au Président de la République:
     
http://www.bayonne.fr/newsletter/les-arenes/1655-vendredi-23-juin-2017.html

 

ACTUALITE DE FRANCE… ET D’UN AILLEURS TAURIN!

      25 Juin :  Toros2000, chaque samedi, passe le relais à un site de réelle importance, pour ce qui est de « la Culture Taurine ». Allez donc voir, régulièrement, le calendrier de manifestations d’Aficion, loin ou tout près de chez vous, en visitant :
    
La semaine de www.toreria.net

 
VOUS AVEZ MANQUE LE "TENDIDO CERO" DE CETTE SEMAINE... (Emission du 24 Juin 2017)    
     ... prenez le temps de le visionner (ou de le revoir), ici, en la rediffusion de TVE2  :  Spécial IVAN FANDIÑO - et souvenir de Gregorio Sanchez.

     http://www.rtve.es/alacarta/videos/tendido-cero/tendido-cero-24-06-17/4079439/
  
 
 
 
 
 
UN GRAND SALUT ET ABRAZO...
     ... à tous ceux qui nous suivent et envoient des mails, souvent émouvants, Français Aficionados installés au Mexique, au Brésil, en Chine, en Afrique du Sud, en Russie, au Chili, ou ... à Colmar !!!  (Si d'autres nous suivent, depuis d'autres terres, merci de le signaler!)
     Merci à vous, bonne route et bonne Aficion, même... là-bas !!!
     Fidèlement, depuis la France - Toros2000
 
 
 
 
A LA TELEVISION…   A LA TELEVISION…   A LA TELEVISION…
 

« SIGNES DU TORO »  - France 3, la Taurine

     Retrouvez les programmes, les émissions, les archives vidéo, les interviews, les chroniques, les anecdotes et humeurs de la planète « Toros », sur la page « Signes du toro » :
    
Actualité: 
         
http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/emissions/signes-du-toro    
 

LES ARCHIVES DE « TENDIDO SUD »

     Chaque semaine, regardez « Tendido Sud », programme taurin présenté par Christophe Chay, dorénavant sur "TV SUD":
    
A voir, le sommaire, sur: 
          http://www.mediasdusud.fr/emissions/tendido%20sud

     Les archives de "Tendido Sud" - Via "Youtube":
          https://www.youtube.com/results?search_query=Tendido+Sud

 
 
ARCHIVES MADRILENES...
 

LES REVUES "TAURODELTA" 2016

A Voir et revoir: Toute l'actualité de la plaza Monumental de Madrid, durant la temporada 2016. Des articles et des archives à découvrir, parcourir et approfondir - ici en PDF:
     N°80 - Novembre: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/80/revista_80.pdf
     N°79 - Octobre: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/79/revista_79.pdf
     N°78 - Septembre: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/78/revista_78.pdf
     N°77 - Août: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/77/revista_77.pdf
     N°76 - Juillet: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/76/revista_76.pdf
     N°75 - Juin: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/75/revista_75.pdf
     N°74 - Mai: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/74/revista_74.pdf
     N°73 - Avril: http://www.las-ventas.com/r_taurodelta/73/revista_73.pdf

Revue "Taurodelta" - 2016 et les années précédentes:
     http://www.las-ventas.com/revista.asp

 
 
ARCHIVES TAURINES
 

UN "GROS" PEU D'HISTOIRE…

     L'hiver et là! Et avec lui, le temps de la réflexion; le temps d'apprendre, encore et toujours; le temps de vivre sa passion et la conforter, en revivant l'Histoire. Et à ce sujet, quelle que soit l'opinion que chacun puisse avoir d'André Viard, il convient de voir et revoir l'immense boulot qui est le sien, concrétisé par l'exposition et les documents audiovisuels qu'il a conçus et présentés, cette année, au fil de plusieurs grandes ferias, d'Espagne et de France. "Les Tauromachies Universelles": une authentique "Œuvre", tant sur le plan didactique qu'artistique, en défense du Toro et de la Fiesta Brava, non par l'insulte, le mépris, la menace et la violence, mais simplement, concrètement, par "l'Histoire", apportée à tous, grands et petits, Aficionados et néophytes, sur un monde "de lumière et d'honneur", que certains, ignares et faussement sensibles, veulent "éradiquer"…
     L'hiver est là! On a le temps! Certes on n'osera demander "aux antis" d'avoir patience et sagesse "d'apprendre un peu, et "connaitre… avant de parler!", car ce sont deux choses dont ils sont absolument, définitivement, incapables… Mais vous qui passez souvent ici, parce que vous êtes "Aficionados et bonnes gens", vous allez vous régaler.
     En tous cas, "Un gros coup de Sombrero" à André Viard, pour tout ce qu'il fait, en défense de la Fiesta, et notamment pour cette "Histoire de Tauromachies Universelles" 2016.

A découvrir, en vidéos:
     La présentation de l'exposition et ses objectifs - André Viard, par Carlos Millet:
     https://www.youtube.com/embed/1_Ax8ZH8Mp0 

     "TAUROMAQUIAS UNIVERSALES" - 1ère partie - par Pedro Octavio Villar:
     https://www.youtube.com/embed/rpAFAa4JBEA
     "TAUROMAQUIAS UNIVERSALES" - 2ème partie - par Pedro Octavio Villar:
     https://www.youtube.com/embed/xDOIlPqDL10
     "TAUROMAQUIAS UNIVERSALES" - 3ème partie - par Pedro Octavio Villar:
     https://www.youtube.com/embed/5Dyl-bJTTs4

 

     VIDEOS  -  « ABSOLUMENT GENIAL ! »  

     Pour l'Hiver 2011/2012...

     Vous êtes Aficionado ! Vous avez le temps! C’est l’hiver... ou l'été!!!  Il fait froid, il vente... ou il pleut ! Rien ne vaut le coin du feu… ou d'un parapluie!
     Profitez de ces instants, à votre rythme, pour regarder cette longue série de courts reportages (moins de cinq minutes, en général), intitulés « Jueves Taurinos », qui nous vient du Mexique, et qui, en une masse d’archives absolument géniale, nous rapporte « le Toreo de là-bas » et son histoire, mais également « la Fiesta Brava… de partout, au long des ans ».
     On trouvera ici des documents « uniques » sur les figures du Toreo, leur vie, leur personnalité toreras, les cornadas qui ont jalonné leur biographie. On trouvera des images totalement inconnues, sur les suertes du Toreo les plus rares, les plus risquées… avec leurs conséquences. Bref, on trouvera tout ce qui fait que « eux ont osé…que nous n’oserons jamais ». Et c’est pour cela « qu’ils sont tous Toreros », et que nous sommes… qu’aficionados ! Mais « de bons… aficionados ! »

     A ne manquer sous aucun prétexte, cette grande série (en 38 chapitres) du site taurin altoromexico.com, commentée par Heriberto Murieta, à l’écran de Toros2000 grâce à Churumbeldelavilla, via Youtube, et qui sera mise en ligne, ici, « dix par dix ! »
     Que lo pasen bien !!!


La présentation des « JUEVES TAURINOS » :
    
http://www.youtube.com/embed/0vMohwtkKdk 

« JUEVES TAURINOS – 1 »(4’54)
    
http://www.youtube.com/embed/uAbFNOOZkjs

« JUEVES TAURINOS – 2 » (4’11)
    
http://www.youtube.com/embed/K2pDypRLLXk

« JUEVES TAURINOS – 3 » (3’48)
    
http://www.youtube.com/embed/b9FdpCosNEw

« JUEVES TAURINOS – 4 » (4’56)
    
http://www.youtube.com/embed/CC3kkI862eA

« JUEVES TAURINOS – 5 » (3’59)
    
http://www.youtube.com/embed/u2fFxfpSvfM

« JUEVES TAURINOS – 6 » (3’36)
    
http://www.youtube.com/embed/wABU06nUleg

« JUEVES TAURINOS – 7 » (4’56)
    
http://www.youtube.com/embed/aqj8poiPZvk

« JUEVES TAURINOS – 8 » (4’25)
    
http://www.youtube.com/embed/TDKL2cmizAw

« JUEVES TAURINOS – 9 » (3’36)
    
http://www.youtube.com/embed/Um0LV7e3E28

« JUEVES TAURINOS – 10 » (5’30)
    
http://www.youtube.com/embed/4frvoa-m56M

« JUEVES TAURINOS – 11 » (4’51): Carlos Arruza et Alfredo Leal
    
http://www.youtube.com/embed/MsiB8JzlSCQ

« JUEVES TAURINOS – 12 » (4’18)
    
http://www.youtube.com/embed/gBAeNaswYqE

« JUEVES TAURINOS – 13 » (3’42)
    
http://www.youtube.com/embed/l44vitUocGc

« JUEVES TAURINOS – 14 » (3’12)
    
http://www.youtube.com/embed/kOL7LReO9O0

« JUEVES TAURINOS – 15 » (4’42)
    
http://www.youtube.com/embed/ji_ca8doBDw

« JUEVES TAURINOS – 16 » (4’01)
    
http://www.youtube.com/embed/LhgjGbdPD9s

« JUEVES TAURINOS – 17 » (4’07)
    
http://www.youtube.com/embed/mCP79EIPAeo

« JUEVES TAURINOS – 18 » (2’49)
    
http://www.youtube.com/embed/cq68Ipvojus

« JUEVES TAURINOS – 19 » (4’49)
     http://www.youtube.com/embed/jyrcEpSs_KM

« JUEVES TAURINOS – 20 » (5’36)
     http://www.youtube.com/embed/9oXxIVC7lec

« JUEVES TAURINOS – 21 » (4’11)
     http://www.youtube.com/embed/leoexbnrx9c

« JUEVES TAURINOS – 22 » (3’16)
     http://www.youtube.com/embed/v8ZMEKNmXXI

« JUEVES TAURINOS – 23 » (3’53)
     http://www.youtube.com/embed/fmWhdn1pCgo

« JUEVES TAURINOS – 24 » (3’35)
     http://www.youtube.com/embed/Wu1XXPL1Szs

« JUEVES TAURINOS – 25 » (4’07)
     http://www.youtube.com/embed/ZfZWj64Bwb0

« JUEVES TAURINOS – 26 » (5’13)
     http://www.youtube.com/embed/tLPCFGa-6Cg

« JUEVES TAURINOS – 27 »
   
 En attente.

« JUEVES TAURINOS – 28 » (3’03)
    
http://www.youtube.com/embed/BheJDuaVd_Q

« JUEVES TAURINOS – 29 » (2’31)
     http://www.youtube.com/embed/9Iu6oCfH-y8

« JUEVES TAURINOS – 30 » (4’35)
    
http://www.youtube.com/embed/_l0BrpTEYMs

« JUEVES TAURINOS – 31 » (3’50)
     http://www.youtube.com/embed/I92V6TsD0Zk

« JUEVES TAURINOS – 32 » (4’13)
     http://www.youtube.com/embed/SuM40G4DK6c

« JUEVES TAURINOS – 33 » (5’12)
     http://www.youtube.com/embed/KWQR-cM4JCI

« JUEVES TAURINOS – 34 » (4’21)
     http://www.youtube.com/embed/dOL3nrYgD_A

« JUEVES TAURINOS – 35 » (2’54)
     http://www.youtube.com/embed/nP38JCOVHwM

« JUEVES TAURINOS – 36 » (5’15)
     http://www.youtube.com/embed/zaufYl6FZ24

« JUEVES TAURINOS – 37 » (3’35)
     http://www.youtube.com/embed/oV6actzR9TQ

« JUEVES TAURINOS – 38 » (3’09)
     http://www.youtube.com/embed/fwdbOeebSpA

« JUEVES TAURINOS – 39 » (4’00)
     http://www.youtube.com/embed/_UY-dEebJHg

« JUEVES TAURINOS – 40 » (4’55)
     http://www.youtube.com/embed/TSkot8MHhxA

 

 
Essai :::    https://goo.gl/photos/hfrPyeSNzReLyoD39

Essai2  https://goo.gl/photos/atem39mWT878C41m6

Essai3   https://goo.gl/photos/mT1P4M2cWHiVvNC76

 

LES GRANDES ARCHIVES DU PASSE !!!
     Le Toro et le Toreo « d’hier »… 100 ans d’histoire, par l’image, dans cette page spéciale du quotidien "ABC", de Séville:
               « CIEN AÑOS DE TOROS – UN SIGLO DE IMAGENES »
    
                    Ici: http://www.abcdesevilla.es/informacion/archivo_taurino/index.asp